Yuka Fujimori ET Clemens Millauer faisant une expérience différente des jo. Photos: Sam Mellish

Avec l'inclusion du big air aux JO, on peut dire que le final du spectacle fut à la hauteur des espérance. Ce qui ne fut pas forcément le cas en slopestyle notamment, où les filles ont risqué leur peau parce que, pour faire simple, ça les arrangeait pas de décaler d'un jour à cause des télés et de l'argent, tout ça... Et oui, c'est aussi ça la beauté du sport de masse les amis! Bref en regardant tout cela avec un minimum de bienveillance (et surtout d'amusement face aux jeux du cirque) on peut dire qu'il y a eu du bon, et du moins bon.

Petit tour d'horizon de ce qui nous a marqué - pour les bonnes comme pour les mauvaises raisons. Commençons par les 6 bonnes - avant de voir les 5 pires...

1. LE GRAB de Kyle Mack

Bloody good effort, Kyle Mack-ula

Les grabs de Kyle, on en parle? Ça faisait un bail qu'on avait pas eu un créateur de nouveaux grabs aussi productif! Entre son American Japan et son Bloody Dracula, on peut dire que le gonze a fait le spectacle. Et de manière efficace puisque cela lui a valu un beau podium olympique. Désormais, tous les riders passant le Quad savent comment se démarquer pour les prochains Jeux de Pékin 2022...

2. LA Vibe de Pat Burgener

2018-olympic-mens-snowboard-halfpipe-final-pyeongchang-pat-burgener-pre-drop

En finale du pipe, on a vu 2 mecs: Shaun White et Pat Burgener. L'un parce qu'il a gagné sa 3ème breloque en or, l'autre parce qu'il a été le seul vraiment, à distiller cette bonne vibe du snowboard. Ce grain de folie qui nous fait différent des autres, ce coup de punk à un event qui ne l'est pas du tout. Il entre dans le club des mecs qui montrent au monde entier que le snow ne se prend pas au sérieux, comme l'ont fait avant lui Heikki Sorsa avec sa crête en 2002 ou Mathieu Crepel avec sa moustache en 2010.

3. Peetu Piiroinen

peetu-piiroinen-winter-olympics-2018-halfpipe-pyeongchang-00727

Le vétéran finlandais, détenteur d'une médaille d'argent en pipe à Turin, n'en finit plus d'être compétitif! Il fut d'ailleurs le seul rider hommes et femmes confondus, à se qualifier sur tous les events freestyle! Il a même atteint la finale du pipe, une fois de plus... Quel rider, quelle carrière!

4. LA FINALE DU PIPE MASCULIN

Mens Snowboard Halfpipe Finals Pyeongchang Winter Olympics 2018 © Sam Mellish

On en a fait un article détaillé, alors on va juste se concentrer sur le côté historique de ce contest: un nombre record de leaders à chaque tour, une rivalité sportive de très haut niveau, des runs quasi parfait à la pelle, des surprises... Et une médaille historique à la fin? La seule chose pouvant rivaliser avec ça serait peut-être...

5. LA finale du big air féminin

Julia Marino was among those bossing the Big Air. Photo: Sam Mellish

Là encore, un article détaillé sur ce event t'attend, mais Dieu que ce fut beau! Et cette bataille finale avec Anna Gasser qui l'emporte sur le fil et sur son dernier trick, un trick jamais réalisé en contest par une fille: juste fou! Et sur le podium la nouvelle reine, suivie de l'ancienne, et d'une nouvelle perle du snow... Parfait!

6. Le Switch back 5 de Tor Bergrem

https://www.instagram.com/p/BfdUCMtgsJX/?hl=en&taken-by=pierrewikberg

*bites fist*

"Le caméraman du PIPE a raté plus de shots que STEVIE WONDER au pas de tir"

Voilà pour le meilleur... Voici maintenant le pire... On pense à 5 en particulier:

1. Le slopestyle féminin

Thar she blows

On l'a dit et redit - et même la très plan-plan France Télévision s'en est offusquée (sans doute grâce à la présence salvatrice de Mathieu Crépel dans tout ce barnum - merci Math!): avoir maintenu le slope féminin dans ces conditions de vent fut un vrai scandale. D'une part le spectacle fut médiocre, mais bien plus grâve on est passé à côté de ce qui aurait pu être une écatombe en tere de grosses blessures. La santé des riders ne pèse décidément pas bien lourd face à toute l'oseille des NBC et consorts... Bienvenue en 2018 dans le monde réel!

2. Les Capteurs de Hauteur dans le pipe 

WHAT ARE THOOOOSE. Photo: Sam Mellish

Ah bon pourquoi c'est pas bien? Et bien tu vas comprendre... Inovation pour ces Jeux, des capteurs mesurant la hauteur des riders et rideuses à chaque jump, sensés aider les juges à prendre leur décision sur la notation. Nous on aime pas, car c'est comme en foot, cela crée un snowboard à 2 vitesses, sinon tous les riders de pipe voudront ce gadget, ce qui ne va jamais arriver. Même en ski acro y'a pas de mesure de hauteur! Ensuite parce que cela incite les juges à surnoter l'amplitude par rapport au style ou à la technique... Mais bon ils ont essayé, on peut au moins reconnaître l'effort.

3. LES Boots grabs

Toujours les chaussures: France's Sophie Rodriguez was one of the offenders in Pyeongchang

Oui ça existe toujours. Et oui c'est toujours aussi dégueulasse. Même si cela n'empêche pas Shaun White de gagner, ou Sophie Rodriguez de bien représenter les françaises en pipe, on ne peut que se dire que cela devrait retirer autant de points qu'un grab raté ou un no grab involontaire. Pareil pour les 'touche-grab'. On se dit que plutôt que de mettre des capteurs sur les jambes des riders pour mesurer leur hauteur, ils feraient mieux d'en mettre sur les gants pour vérifier les grabs!

4. Les cameras du halfpipe

That spinning speck that you can barely make out against the trees? That's Jake Pates.

Les clowns (y'a pas d'autre mot) responsables de la diffusion des images du pipe devraient être envoyé à Alcatraz jusqu'aux prochains Jeux. Pour de bon, le caméraman du pipe a raté plus de shots que Stevie Wonder au pas de tir! A croire que les mecs avec les cams au bord du pipe n'ont jamais shooté du snowboard de leur vie. Et pour la caméra câblée au dessus du pipe, disons que l'idée était belle mais que la réalisation fut tout aussi calamiteuse. Et les ralentis (toujours les mêmes) du mec en l'air en gros plan - un vrai calvaire...

5. Combiner les qualif' du Big Air et du Slopestyle 

Behold the Medium-Sized Air. Photo: Sam Mellish

Le CIO pris en flag de flémardite aigüe! Encore une truc incompréhensible de la part de ceux qui diffusent notre sport vers les masses... Et sur la taille assez 'medium' du big air, on nous a répondu qu'il fallait bien 'accomoder les riders de slopestyle'. Ah bon, on n'avait pas assez de spécialistes du big air alors? Toujours pas compris...

LE MEILLEUR ET LE PIRE DE Pyeongchang 2018 SELON TOI? DIS-LE EN COMMENTAIRE.