slopestyle facts

Nouveauté des derniers Jeux Olympiques, le slopestyle a gagné ses lettres de noblesses sur le Tour Pro il y a déjà quelques années. Mais évidemment l'exposition phénoménale que procure les JO a propulsé cette discipline bien plus loin qu'elle n'est jamais allé. Alors pour mieux comprendre ce qu'est le slopestyle, d'où il vient et où il va, rien de mieux qu'un petit récap. Car pour mieux connaître son futur, il faut déjà se rappeler de son passé, dit le proverbe, enfin en gros quoi.

À la différence du halpipe, pour lequel les standards des compétitions sont uniformes depuis longtemps, un slopestyle est un enchaînement d'obstacle divers et variés, laissant place à la créativité des shapers autant que des riders. Pas de schéma prédéfini donc, tous les slopestyles sont différents, et c'est précisément ce qui rend la discipline si intéressante et évolutive. On peut cependant définir le slopestyle selon quelques faits et critères historiques, c'est ce que nous avons tenté de rassembler ici, non sans une recherches pointue qui nous a pris des mois:

[part title="Slopestyle Facts: 1 - 3"]

1. Au tout début, ce que l'on appelle aujourd'hui 'slopestyle' était un parcours chronométré façon trial en moto. Puis petit à petit, les obstacles sont devenus des jumps en neige. Ce qui n'est pas forcément plus mal pour faire du snowboard... Au fait 'slopestyle', ça veut dire littéralement 'pente à style', ou 'piste à style'. C'est plutôt bien imagé, non? C'est notre ami Patrick Montel qui sera content comme ça!

hay bails

2. Aujourd'hui tout le monde sait que si on laisse traîner une main au sol dans le landing, on perd des points. Mais ça n'a pas toujours été le cas: comme en surf, le 'hand-drag' était considéré comme stylé. Ce n'est que pour des raisons de sécurité que l'on a commencé à préférer les atterros 'clean' sur les compètes, car trop de riders se cassaient les doigts sur les slopestyles du circuit.

Snowboard-Crash

3. Comme en halfpipe, plus la rotation est grande plus on marque de points - même si le nombre de tours n'est pas le seul critère bien heureusement! C'est ce qui a inspiré des riders à se lester avec des shorts spéciaux pour tourner plus vite.

workout pants

[part title=" Slopestyle Facts 4 - 7"]

Marcus Kleveland Action Tripple cork

5. Peut-être ce petit détail t'a-t-il complètement effacé, même s'il est évident: en compète, porter le strap de ton masque par dessus le casque indique que tu rides en Goofy (pied droit devant), alors que porter le strap du masque sous le casque veut bien entendu dire que le rider est Regular (pied gauche devant).

X-GAMES-2013-ASPEN-SLOPESTYLE-HIGHLIGHTS

6. Si tu pratiques le snowboard de compète sur ta console, tu sauras que le nombre de points varie suivant le grab que tu fais, car tous les grabs ne se valent pas. Ce que tu sais peut-être moins, c'est qu'en contest de slopestyle, tu gagnes plus de points si tu réalises un grab que personne n'a fait. Et si trop de riders font le même grab, ils peuvent même voir leur points réduits par une pénalité!

snowboard_commando3

7. Les jumps, que l'on appelle  'kickers' - je dis ça pour mon ami Patrick, sont les pièces maîtresses du slopestyle. Et parmi eux, celui que l'on nomme le 'money kicker' est celui qui rapporte le plus de points. Il fut nommé d'après un célèbre spot de backcountry où figurait un gap naturel absolument énorme. Il a d'ailleurs disparu depuis le milieu des années 2000.

tom-klocker-solden-booter

[part title="Slopestyle Facts: 8 - 10"]

8. Il y a désormais énormément de compétitions de slopestyle dans la saison professionnelle et même chez les amateurs, et donc énormément de points à gagner. Chaque point peu être converti en 'jeton' pour acheter plus d'équipement, une meilleure wax pour aller plus vite, un meilleur coach pour s'entraîner mieux et aller plus loin, etc. Que des choses que l'on ne peut pas trouver dans un shop classique.

Superwhite-Snowboard-Shop-Les-Deux-Alpes

9. Le mot 'jib' vient de 'Joint Industry Board' ou en français 'Conseil Mixte de l'Industrie' qui avait pour but d'imaginer des pratiques originales pour le développement du snowboard. À present, le sujet est devenu tellement sensible avec les membres du CIO, qui sont pour la plupart agents de la CIA (d'où la proximité des initiales), que le CMI, ou JIB, est devenu une organisation totalement secrète dont on a perdu la trace. Mais le terme 'jib' lui, est resté.

jib logo

10. Le 'tindy du diable', qu'on appelle communément Tindy (photo), est le trick le plus hardcore du snowboard. Certains prétendent qu'il ouvrirait un monde parrallèle où les skieurs seraient cool. Bref, à réaliser à tes risques et périls. Les plus pointus en la matière affirment que le Tindy du Diable marquerait le nombre max de point s'il est réalisé en finale d'un contest et que personne ne l'a fait avant. Enfin, une variante apocalyptique du Tindy du Diable (fig. 1) veut que l'on grabbe main avant en zigzaguant entre les jambes. Mais attention, les flammes de l'enfer ne sont pas loin...

Tindy-Grab

 

devil's tindy

Si tu as réussi à lire cet article très sérieux jusqu'ici, deux possibilités: sois tu es complètement teubé et tu ne t'es rendu compte de rien. Dans ce cas vas vite rider, ça vaut mieux, et arrête de croire tout ce qui est raconté sur internet! Soit tu as bien rigolé de nos blagues pourries et dans ce cas, ça veut dire que tu es en cruel manque de snowboard. Bref, dans tous les cas: vas rider le plus vite possible!