Si tu as déjà entendu parler de Skatopia (le skatepark/micro-société anarchique que Brewce Martin a fondé dans l'Ohio), tu sais déjà que laisser un esprit un peu foufou réaliser ses fantasmes les plus farfelus peut mener à des choses plutôt imprévisibles. C'est un peu la même chose quand des esprits (plus ou moins) créatifs tentent d'imaginer ce que pourrait ressembler notre monde du snowboard dans un futur éloigné.

Alors quand nous nous sommes mis à chauffer nos cerveaux sur l'idée de 'Snowtopia', ou comment imaginer toutes les routes que pourraient prendre notre sport, notre mode de vie préféré. Alors bien sûr, il y a de fortes chances que les choses ne changent pas de manière aussi extrêmes, néanmoins voici selon nos fantasmes les plus fous, comment les choses pourraient changer:

[splitpost intro="true"] [part title="1. Des dômes de partout"]

dome's take over draft

Comme la neige se raréfie, avec un réchauffement climatique qui s'amplifie, mais que la population des snowboarders ne cesse de croître, le Gouvernement Mondial, géré par les plus grandes multinationales dont le leader du pôle 'divertissement sportif', a décidé de regrouper les riders dans des dômes, où ils peuvent s'adonner à leur passion, même dans les pays les plus plats ou les plus chauds du monde.

Des centaines de riders déplacés affluent vers les pays plats (sans montagnes naturelles) et chauds, mais sont confrontés aux populations locales qui ne comprennent pas ce mode de vie. Des groupes de shredders se créent et des compétitions au fomat 'battle' ne laissent la place qu'aux plus forts. Elle sont appelée les 'Last man shredding series'. Les gagnants de ces féroces combats dans les dômes deviennent de véritables icônes dans les populations de riders. Occasionnellement, les crews de riders s'unissent contre des pillards de l'extérieurs des dômes quand l'eau vient à manquer à l'extérieur et que des étrangers assoiffés veulent s'en prendre à la neige.

[part title="2. La nouvelle glaciation"]

the big freeze

La nouvelle glaciation:

Entre deux longues périodes de réchauffement, arrive parfois une nouvelle période de glaciation. Mais tout devient tellement froid et glacé que seuls les descendants de Jeremy Jones et Xavier De Le Rue sont encore capables de rider.

Tourture ultime: la planète entière se recouvre d'un doux manteau neigeux, dévoilant ainsi un nombre infini de nouveaux spots, montagnards comme urbains. Mais les températures extrêmes ainsi atteintes transforment progressivement tout en glace, et tout devient si hostile qu'i devient presque difficile de juste se balader à la surface du globe. Quelques riders extrêmes sont les seuls à se gaver dans ces conditions, et deviennent des héros en postant des vidéos de plus en plus incroyables sur une toile devenue l'élément unique de nos communications.

[part title="3. Greenpeace nous sauve"]  -

nature reserve

Greenpeace nous sauve:

Dans un effort global instigué par l'association mondiale devenue très puissante, les scientifiques trouvent le moyen de revenir à un équilibre tolérable grâce à une formule chimique secrète. L'effort écologique est intense... Tellement intense que les remontées mécaniques ne sont autorisés à tourner qu'un jour par mois.

Une fois de plus, la science sauve l'homme-rider de la cata, et rétablit l'équilibre parfait des températures, de la faune et de la flore. Tous les animaux retrouvent leur habitat traditionnel, mais du coup, le backcountry devient interdit. Les rues égalements, ne sont plus recouvertes de béton et de goudron, mais d'herbe, ce qui rend beaucoup de street spots impraticables. SOus la pression des influents syndicats de riders, le Gouvernement Global accorde un jour de shred autorisé partout chaque mois.

[part title="4. Locals Only"]

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Propriété privée:

La globalisation s'inverse et chacun se renfemr sur lui-même et dans sa maison. Désormais, chacun ride uniquement le spot le plus près de chez lui: un spot urbain devant la maison, et une psite sur la station (ou dôme) le plus près.

Les voyages s'en trouvent du coup réduits au minimum, et les avions deviennent inutiles. Leur métal est utilisé pour construire les carres du plus grand nombre de boards jamais produites en une seule année. De quoi couvrir le besion de tous les riders sur 4 générations. Les gens qui habitent près des spots les plus recherchés louent au noir une partie de leur habitation, à des prix qui vont jusqu'à un million d'Euros la session. Tous les autres rident le même spot, pour le reste de leur vie.

[part title="5. La rebellion des skieurs"]

skier rebellion

La rebellion des skieurs:

Une conspiration mondiale éclate au grand jour: les riches traders étaient en réalité des skieurs déguisés qui avaient pour plan de prendre le contrôle de la planète. Les snowboarders sont condamnés à l'exil, certains sont même torturés afin qu'ils livrent aux nouveaux leaders du monde les coordonnées GPS de leurs meilleurs spots...

Le complot couvait depuis longtemps. Mais avec l'aide passive de piétons-consommateurs serviles et lobotomisés par des années de nourriture industrielle, et des hipsters du type 'suiveurs-de-tendances' à l'esprit critique limité par des images subliminales dicéminées dans tous les réseaux sociaux, les skieurs prennent le contrôle et forcent les snowboarders à abandonner dômes, propriétés et spots sous peine de prison. Toute montagne ou accès à la neige leur est désormais interdit, et la descendante de Marielle Goïtschel devient présidente de l'union française des glisseurs bipèdes unifiés, soit le syndicat/parti le plus influent de notre continent. Mais leur attrait de l'argent, dû à leurs années de couverture comme traders, va courir à leur perte. Contre la gouvernance de la bourse de New York, Marielle Junior accepte de céder sa place au leader du monde du snow libre, qui rétablit aussitôt la parité de la ride.

[part title="6. Le snowboard devient un sport 'normal'"]

stadium

Le snow devient mainstream:

Avec la parité de la glisse imposée à tous, le snowboard devient aussi populaire que le foot ou le basket. Tout le monde - ou presque - en fait. Il est enseigné à l'école et devient une épreuve au Bac. Le nouveau système de compétition est un mix de points, de chrono et de gros sponsors sous l'égide des plus grandes télés du monde qui gèrent les temps de passage et les formats de compétitions.

Ils gèrent également les blessure, en imposant un nombre minimal de fractures par compétition, pour ajouter au spectacle et fidéliser le téléspectateur. Les crews deviennent nationaux et une coupe du monde est organisée tous les 4 ans dans les plus grands stades du monde. Seule une poignée de riders discidents, dont l'arrière-arrière-arrière-arrière-petit-fils de Terje, décide de quitter la scène et de partir dans le maquis...

[part title="7. Le matos devient technologique"]

futuristic

Future-tech:

Tout le monde se met à porter des habits totalement hydrophobes. La fibre de carbone et autres matériaux technologiques sont omniprésents dans l'outerwear comme dans les boots ou les masques, équipés quand à eux de la réalité augmentée que Google implante désormais directement dans l'œil des nouveaux nés de la dernière génération. La carte des pistes se déroule devant nous en ridant, et nous indique la vitesse optimale pour chaque jump. Puis un inventeur développe des boots à air comprimé pulsé par un jet surpuissant, ce qui rend les boards inutiles.

Heureusement, tout le monde réalise rapidement que la technologie est allée trop loin et la plupart reviennent au rétro-board : le snowbard tel qu'on le connait aujourd'hui. Les développeurs produit se mordent les doigts de ce retour au rétro, et misent sur un effet de mode qui s'estompera. Ils paient des inventeurs affabulateurs pour brouiller les pistes et créer des engins tout à fait bizarres, comme le prouve cet article sur les 10 inventions les plus horribles du snowboard...

[part title="8. Retour dans l'espace"]

mars snowboard

Space-shred:

La NASA développe l'idée selon laquelle il est possible de rider sur Mars. Mars devient progressivement le nouveau Val D'Isère, et l'on se bouscule dans les stations orbitales pour passer ses vacances d'hiver sur la planète rouge...

Les stations d'hiver surpeuplées et les queues aux remontées conduisent progressivement les gens à rider moins souvent, mais à économiser pour se payer le snow-shuttle le plus long du monde: la navette vers la station principale de la planète Mars. Avec ses 45.000 km de pistes, recouvrant la totalité de la planète, Mars-park est la plus grande station de la galaxie. On ride dans l'épais manteaux poussièreux de Mars, et jamais une poussière n'a été aussi fine et légère. Encore mieux que le Japon dans les années 1990.  Et puis la gravité est inférieure à celle de la Terre, du coup les sauts sont en moyenne 4 fois plus gros. [part title="9. La Rebellion des Snowbladers"]

bladers whatever

Les Snowbladers venus de nulle part:

Non, c'est une blague... Tu croyais vraiment que les snowbladers pourraient prendre le contrôle du monde? Même dans nos délires les plus fous, cela ne peut arriver, désolé.

[part title="10. Le tout-ordinateur"]

futuristic w pods

Virtual-Snowboarding:

Un inventeur devient millionnaire en inventant un simulateur 4D qui se rapproche tellement des sensations du vrai snowboard que des salons entiers se retrouvent couverts de neige. Pour les plus riches - car l'équipement coûte tout de même des centaines de milliers d'Euros, plus besoin d'attendre des heures aux remontées, ou se geler les miches dehors. On peut rider à la maison, dans la tenue qu'on veut. Les prix se démocratisent enfin... Mais cela intervient au moment-même où l'on commence à réaliser que finalement, rien ne remplace la vraie expérience. D'autant que la machine est en rupture de stock pendant 5 ans car les dirigeants d'Apple derrière le projet organisent la pénurie pour créer un buzz.

Après une génération entière où tout le monde se ruait devant les écrans, et que l'on craignait que l'atteinte oculaire de ces jeunes de la 'génération perdue' soit irréversible, tout est chamboulé. Certains de ces kids, les plus atteints, se refusent à sortir dans la vraie neige, trop inquiétante, et resteront devant les machines, tandis qu'un majorité de jeunes, décident de retourner dans la vraie nature, la vraie montagne. Encore une fois, on revient à un équilibre.

snowboarders take over

Les snowboarders prennent enfin le contrôle:

La partie qui requiert sans doute le plus votre imagination... Car on est encoreloin du compte. Mais penses-y: à quoi le monde ressemblerait-il si Terje était président?


Tu as une idée sur quoi ressemblera le futur du snow? Lâche-toi dans les commentaires en dessous!