Share

Interviews

Gigi Rüf Sur L’Histoire de Pirates Et La Nouvelle Vidéo ‘PERCEPTIONS’ | Pirates Week

Il nous tarde de voir Gigi rider ce module en pyramide dans la nouvelle vidéo Pirates ‘PERCEPTIONS’

Avec la sortie très prochaine de la nouvelle vidéo Pirates Movie Productions ‘PERCEPTIONS’, on a pensé que c’était le moment idéal pour échanger un peu avec la légende du snowboard et le Pirate original Gigi Rüf pour une petite leçon d’histoire et pour glaner quelques infos sur le nouveau film.

Tu es donc “le” Pirate original ! Comment a démarré ton investissement avec Pirates?

Pirates, c’est parti d’une amitié, mais pour lancer une entreprise de production de films, on avait besoin d’un capitaine et d’un équipage, on s’est donc distribué les rôles. C’est Flo (Eckhardt) en réalité, qui est mon caméra man depuis deux ans, qui a tout mené de front depuis le début.

La première étincelle a été un camp de rando en raquette que Flo et ma sœur on fait ensemble, c’était la première entreprise de Flo. On l’appelle le Backyard Camp. Et Basti (Balser), moi-même et Ludschi (Tobias Ludescher) étions tous des snowboarders. On allait là-bas ensemble et on passait notre temps à se filmer entre nous.

Gigi en train de chausser !

Comment êtes-vous passer à la production à grande échelle ?

Eh bien, Flo et Basti on tissé des liens plus profonds, et je crois qu’ils ont même aménagés ensemble dans une maison à Innsbruck et ça leur a permis de canaliser leur esprit créatif. Après ce première film, Pirates a évolué très lentement, sans vraiment qu’on sache si ça deviendrait quelque chose un jour.

Évidemment, il y eu une influence de la technologie et quand on a démarré, on shootait seulement en Super 8. Finalement, on est passé au 16mm et c’est là que j’ai vraiment commencé à adhérer au tournage, bien que j’aie toujours ma Super 8.

Qui a dit qu’il fallait absolument un appareil dernier cri pour capturer l’instant ? Gigi prends quelques snaps depuis la fenêtre de l’hélico au Groenland.

Comment es-tu parvenu à sortir au moins deux grosses parts, si ce n’est plus, sur environ 10 ans ?

Eh bien pour revenir un peu en arrière, quand les Pirates ont débuté, je filmais pour les prod Kingpin aussi, et ça me prenait une bonne partie de la saison. J’essayais toujours d’être rentré pour ces camps et puis j’ai continuer comme ça. Je pense que c’était lié à mon état d’esprit vis à vis du snowboard, juste tourner des parts.

Finalement, j’ai commencé à filmer aussi avec Absinthe et je crois qu’on se nourrissait tous mutuellement. J’essayais de faire en sorte que lors de mes déplacements à l’étranger, je filmais pour Absinthe ou Kingpin, et quand j’étais à la maison, je filmais avec Pirates.

JA-POW!

Perceptions est sur le point de sortir. Peux-tu nous en dire un plus sur le film et sur les trips que vous avez fait ? A quoi doit-on s’attendre ?

Attendez-vous à ce qu’il n’y ait que ma part (rires) ! On a commencé par le Japon. Elias (Elhardt) ridait avec moi là-bas et on a juste randonné un peu, puis j’ai dû partir plus tôt pour faire les salons.

Je crois que j’ai essayé de filmer à la maison à la mi-saison jusqu’à ce que je parte pour l’Alaska, avec Elias toujours. Je lui  avais plus ou moins promis qu’il pourrait venir avec moi et il était tout fou comme un gosse ! Je ne m’attendais pas à ce qu’il le prenne au sérieux, mais on dirait que son souhait s’est réalisé. Il était vraiment dans le moment, c’était très cool.

Gigi a clairement indiqué qu’Elias avait très ‘faim’ cettes aison, mais au vu de sa part dans ‘Distorted Reality’ l’année dernière, on le savait déjà.

Est-ce que c’était sa première fois là-bas ?

Il a essayé l’année dernière mais c’est vraiment cette année qu’il s’est engagé, on avait tout programmé à l’avance, on en a discuté pendant notre trip au Japon, et en réalité, tout a conduis à ce grand moment : à la recherche du dernier petit flocon de poudre. L’Alaska, c’est du solide.

J’ai finalement pu m’organiser pour que pirates soit ma priorité, donc c’était vraiment top.

J’ai fais des expériences assez inhabituelles aussi là-bas. Ça manquait vraiment de neige et les conditions n’ont pas été très bonnes, et j’ai aussi été pris par une avalanche pour la première fois, ça apparaîtra certainement dans le montage final.

Je suis impatient de voir le film, c’était encore une saison “à fond”, particulièrement parce que j’ai simplement ridé pour Pirates et pour aucun autre sponsor. J’ai été embarqué avec des amis de longue date avec qui je n’avais jamais eu le temps de rider vraiment. J’ai vraiment ressenti, en particulier chez Elias, qu’il avait envie de rider avec moi ! (rires). Ce gamin en veut quand même ! Vous le verrez dans ses séquences, vous allez être surpris.

Est-ce que vous voyez Gigi en train de carver cette grosse ligne typique de l’Alaska ?

Nous sommes très impatients de voir les séquences du Groenland. Comment s’est passé ce trip ?

C’était génial d’avoir la chance d’aller au Groenland, et puis comme je passe le plus clair de mon temps en voyage, j’ai amené ma famille avec moi pour leur montrer un peu le Nord. Je pensais que le Groenland c’était ce genre d’endroit où on n’allait pas avoir l’opportunité de revenir de si tôt. J’étais là-bas avec le cameraman, et donc j’ai essayé d’en tirer le meilleur parti.

Si je regarde en arrière, c’était une très bonne saison pour moi. Peut-être pas complètement optimale à cause des conditions de neige difficile, mais j’ai finalement fait en sorte que Pirates reste ma priorité, donc c’était génial.

Gigi Rüf. En train de chausser sur Iceberg. Et en ultra haute définition. Trois raisons de mater le nouveau film Pirates !

Avez-vous déjà vu le film ?

Même si je n’avais pas trop de programme cette année, j’espère que j’ai tout de même réussi à proposer quelque chose de bien, et c’est tout ce que je souhaite !

Non, je ne l’ai pas vraiment vu encore. J’ai regardé les séquences de mon avalanche et bien sûr on a regardé une partie des séquences brutes du Groenland mais je n’ai rien vu sur le Japon ou des choix que Basti va faire sur le film, et très franchement, dans toute ma carrière, je ne me suis concentré que sur le fait de jouer mon rôle de snowboarder.

Si je commence à tout mélanger, « je préférerais ceci ou cela », ça complique énormément leur boulot et leurs visions créatives s’aplatissent. Ce n’est pas facile de lâcher prise sur sa contribution, mais ce n’est vraiment pas mon job de faire le film.

“Est-ce que ça tourne là ?” Gigi regarde son visage plein de poudre.

Mais j’adore regarder la version finale sur un grand écran, c’était une nouvelle étape pour Pirates. On le regarderait sinon lors de l’une des avant-premières Pirates, sur un petit écran alors que la musique, l’intensité et tout ce qui s’est passé autour du film ajoute beaucoup. Le regarder maintenant sur grand écran dans une si haute définition rend bien mieux hommage à ce qu’on a fait.

Mais oui, je ne fais que la partie snowboard, voyager et profiter de nouvelles expériences. Même si je n’avais pas vraiment de programme cette année, j’espère que j’ai tout de même réussi à proposer quelque chose de bien, c’est tout ce que je souhaite !

On est certain de ne pas être déçu Gigi !

Restez connectés pour voir plus de parts Pirates exclusives et des photos du tournage ici sur Onboardmag.fr, ainsi que des jeux-concours toutes les semaines sur Onboardmag.com et bientôt aussi sur Onboardmag.fr !

Plus de contenus pour la Pirates Week ICI.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production