Interview: Valérian Ducourtil - La Force Tranquille - Onboard Magazine FR

Tout sur le snowboard, au travers de ses dernières news, ses dernières vidéos, présentations de produits et autres articles sur le snow et ses athlètes.

Share

Interviews Galeries Vidéo Parts

Interview: Valérian Ducourtil – La Force Tranquille

Valérian Ducourtil a connu sa meilleure saison l’an passé, pour preuve la très grosse part qu’Almo Film sort sur lui aujourd’hui – tirée de l’excellent Comfort Zone. Pour enfoncer le clou, on y ajoute une grosse interview, tout autant méritée…

C’est le photographe Matt Georges qui a prononcé son nom pour la première fois dans les bureaux d’Onboard. Il nous avait décrit le phénomène comme « un mutant capable de rentrer des Double Corks », ce qui était, en 2008, le sommet de la progression en park. Mais Valérian Ducourtil ne s’est pas contenté de ça, et il a pris rapidement un virage qui lui correspondait : celui de la vidéo et des photoshoots. Presque 8 ans plus tard, il est devenu un incontournable de la scène française et européenne : une belle part dans «Comfort Zone» d’Almo Film, de superbes photos que tu vas découvrir ici dans l’interview, et un tas de projets pour l’avenir.

En France on te connait déjà bien, mais pourrais-tu te présenter pour les autres lecteurs européens? Ton parcours, d’ou tu viens, etc?

Mon père a commencé à me mettre sur une board il y a une vingtaine d’années maintenant (putain je me fais vieux en disant ça..). Depuis j’ai toujours fait le maximum pour passer le plus de temps possible sur la neige. J’ai commencé par rider entre potes au club, puis ensuite en sport étude et en équipe de France junior. A cette époque on rider beuacoup beaucoup, quasi toute l’année. C’était en mode entrainements, stages et de contest les weekend. C’était cool, j’étais kids avec une bonne bande de potes et ont bougeaient tout le temps ensemble. Après plusieurs années à arpenter les pipes et les parks et à bouffer du contest à gogo, je me suis dirigé assez naturellement vers le backcountry et les images.

Je me rappelle de ton premier ‘double’ à Méribel, à cette époque tu faisais surtout du park: pourquoi? Te voyais-tu faire des contests?

Haha c’est marrant que tu te rappelles de ce double parce que je n’en ai pas fait beaucoup dans ma vie! Si je me rappelle bien c’était en 2009 et j’étais assez en avance parce qu’on n’en voyait pas beaucoup des doubles à ce moment la. A part mon pote Coincoin qui avait fait le buzz avec son double l’année précédente. Mais en tout cas ça ne m’a pas fait changer d’avis par rapport à mon choix d’arrêter de faire des contests car c’est l’année suivante que j’ai commencé à filmer des parts en backcountry ! Et depuis je n’ai pas refait une seule compète et sérieusement ça ne manque pas. J’ai kiffé pendant un moment quand j’étais jeune mais au final la compétition ce n’est pas fait pour moi !

En dessous: L’hiver dernier, Valérian a passé du temps en Arlberg, et comme à son habitude, il a été très productif… 

Au dessus: Petit run de chauffe en Arlberg.

Est-ce que c’est un passage obligé pour tout jeune rider?

Je ne dirait pas que c’est obligatoire mais je penses que c’est important pour un rider de passer par la compète. Ca te force a t’entrainer un peu plus, à essayer des nouvelles choses et à se donner des objectifs. Ca permet aussi de se mesurer aux autres riders et de voir ou on en est. Après je dirais que pour faire une carrière en compétition il faut vraiment avoir l’esprit et la rigueur qui va avec. Aujourd’hui c’est devenu très exigeant avec le niveau qu’il y a et tu dois vraiment bosser sur tes tricks et sur tes runs. Ca prend beaucoup de temps de s’entrainer et c’est pas forcément amusant. Je veux dire ce n’est pas là ou tu as le plus de feeling, de fun et de liberté, tu as un objectifs bien précis et il faut se la donner pour y arriver. Tu passes des journées, des semaines et même voir des mois entier à répéter les même runs pour l’intégrer le mieux possible, c’est dure, vraiment. Heureusement il y a la récompense quand tu rentres ton meilleurs run en contest et que tu fais un bon résulta! C’est quand même un sacret accomplissement.

Est-ce que c’est parce qu’il n’y a pas vraiment d’infrastructures pour s’entraîner en France que l’on voit peu de français performer en contests?

C’est clair qu’au niveau structures d’entraînements, que ce soit en park ou en pipe on est à la ramasse comparer à d’autres pays. En France on a plutôt des parks qui sont cool à rider entre potes avec parfois des lignes bien originales comme sur le park des Arcs. Mais quand tu fait des contests il faut s’entraîner sur des grosses tables qui s’enchaînent et ça c’est pas trop notre cam en France. Et concernant les pipes, on en à quasiment plus… Du coup forcement ça ne nous aides pas à générer une passion pour la compétition et à former des champions!

Valérian Ducourtil en version déco de Noël.

Penses-tu que c’est dommage?

Oui je penses que c’est dommage dans le sens où ça créer des inégalités entre les riders de différents pays. Si on compare avec d’autres sports comme le foot ou le hockey, tout le monde s’entraînent et se disputent sur les mêmes structures. C’est certain que l’on pratique un sport qui est bien plus exigeant au niveau conditions climatiques mais si on est capable d’avoir des structures d’entraînements en ski alpin on peut aussi avoir dès structures en freestyle. C’est simplement une question d’investissement et de reconnaissance de la discipline. En France les stations se concentre sur la fréquentation de leurs snowpark, c’est pourquoi on a de plus en plus de parks ludique accessible à tout le monde, ce qui ne convient pas à l’entraînement pour la compétition. Le top serait d’avoir les deux parce qu’il est important d’attirer du monde dans les snowpark mais il faudrait aussi que nos futures champions puissent s’entraîner à armes égales!! Qui est prêt à payer pour ca??? Les stations?? La fédé ?? Des structures privées ??Personne pour l’instant on dirait…

Et pour le backcountry, comment s’est fait ton choix en fait ?

Depuis que j’ai commencé le snow, J’ai toujours ridé la poudre avec mes potes à chaque fois qu’il y en avait. Mais c’est juste que du à l’exigence des contests j’avais de moins en moins de temps et d’occasion d’aller me gaver de powpow.

Et petit a petit je sentais bien que j’étais entrain de perdre le gout de faire de la compétition, je ne me retrouvais plus vraiment dans ce format. J’avais donc besoin de passer à autre chose et de retrouver une certaine liberté qui à mon gout est quand même essentiel dans le snow. La liberté de rider les spots que tu veux, de faire les tricks que tu veux, de suivre les chutes de neige et de kiffer en plus petit comité!

En dessous: 720 Front Tailgrab. 

Aujourd’hui tu envisages de ne faire plus que ça?

Ce qui est sure c’est que je ne vais pas retourner faire des contests !!! Après j’aime vraiment ridé de tout, que ce soit de la poudre, du park, du pipe et même de la piste. J’ai même des bons souvenirs de session street alors que ce n’est pas du tout la ou je suis dans mon élément… Je m’amuse sur tous les terrains mais c’est sûr que les sessions de backcountry sont plus prestigieuses! Une fois que tu y as goûté tu ne peux plus t’en passer ! Et en ce qui concerne la production d’images c’est essentiellement dans le backcountry que ça se passe pour moi. C’est complètement différent que la compétition mais c’est pas les vacances non plus ! Ca demande beaucoup d’efforts mais le plaisir et la satisfaction en retour le mérite amplement !

Raconte un peu ta dernière saison, projets vidéos, etc. Et es-tu content de part part dans Comfort Zone?

J’ai shooté pour la vidéo Almo « Comfortzone » et pour le projet Vans « FirstLayer ». La saison s’est super bien passé ! Je me suis pas blessé (et ça c’est important), je me suis gavé de pow en Arlberg et j’ai ridé les plus gros kickers de ma vie avec les Victors et Arthur. C’est marrant parce qu’au final j’ai passé moins de temps a filmer par rapport aux années précédente mais j’ai eu de bonnes conditions à chaque fois et toutes les sessions se sont bien passé. Au final j’ai eu autant voir plus d’images et je suis présent dans deux vidéos ! Donc oui je suis plutôt content de ma saison !

Switch back 5.

Et pour cette saison, qu’est-ce que tu prépares?

Cet hiver, je repars avec Almo Films, je me sens bien dans ce crew on se connais tous depuis super longtemps et je trouves que leurs films sont vraiment bien ! A coté de ça je vais aussi être impliqué dans d’autres projets. Vans prépare de nouveau un projet comme « FirstLayer » l’an passé. C’est donc une vidéo de 10-15 minutes avec des riders du team Europe accompagnée d’un livre photos réalisé par Matt Georges. On part au Japon pour tourner tout ça et j’avoue que c’est plutôt excitant comme projet !!! Il y a aussi Volcom, mon partenaire principal qui est entrain de me caler sur un trip avec le crew Method qui eux aussi font une vidéo cette année. Et enfin il y a la « John Doe » aux Arcs en fin de saison. On est a fond et on s’investit de plus en plus avec mes potes de « l’amical du snowboard » et avec le soutient de la station des Arcs et des partenaires, on à vraiment envie de faire évoluer l’évènement. On à pleins d’idée et on prépare du lourd pour cette nouvelle édition. D’ailleurs on vous donne rendez-vous les 9 et 10 Avril aux Arcs pour votre dose de kiff ultime !

Un autre switch back 5, mais dans l’ombre.

As-tu un peu douté avec les retraits d’APO etc ou tout s’est bien enchaîné pour toi?

Si tu parles de doute par rapport au fait de continuer à rider en tant que pro, nan je n’ai pas du tout douté. Je n’ai pas retrouvé de sponsors boards parce que c’est la guerre mondiale des budgets pour la plupart des marques de l’industrie. Et depuis je ride des boards Volcom parce que je n’ai pas voulu accepter de « deal au rabais » chez une autre marque. Et pour l’instant c’est bien comme ça car les board Volcom ne sont pas commercialisé donc ça attire l’attention. Je suis prêt à repartir avec une nouvelle marque si c’est intéressant et si il y a un investissement commun sur du long terme.

540 Back.

Au dessus: L’Arlberg c’est encore mieux tête en bas… Mais faut pouvoir.

Que retiens tu de cette période?

J’ai ridé pendant presque 10 ans chez Apo du coup j’ai évolué avec la marque et j’ai traversé les périodes ou ça aller bien, les moments difficile et ceux jusqu’à la fin… C’était une belle aventure, et je les remercie pour tout ce qu’ils ont fait pour moi (Cédric en autre et les autres aussi) pendant cette période. Il y a vraiment eu des belles années avec un bon team et des projets intéressants. Après c’est triste la manière dont ça c’est terminer et je penses qu’il ont voulu être trop gourmant et que la marque serait encore là aujourd’hui en étant plus raisonnable…

Et par rapport aux boards Volcom non commercialisées: sais-tu pourquoi elle ne sont pas commercialisées, justement? Elles feraient sans doute un carton non?

Sincèrement je ne sais pas du tout si il vont les commercialiser un jour. C’est comme les wetsuit dans le surf, il en font pour le team mais personnes ne peux les acheter. C’est du marketing, ça fait parler d’eux et ça donne envie à tout le monde.

360 Front plein de style.

La saison a tardé à venir, as-tu pu faire ce que tu voulais en début de saison quand même?

C’est vrai que c’était assez sec en début de saison. Mais il y a gavé de neige en France maintenant et je viens de passer une semaine de ouf aux Arcs. De la grosse poudre, du soleil dans la journée et des reset de fresh la nuit. C’était le rêve !! Et en plus Le terrain est vraiment incroyable, il y a gavé de truc à faire et il y en a pour tous les gouts. Je vais y passer pas mal de temps cet hiver et sortir un maximum d’images sur place.

Si tu avais UN objectif à atteindre prochainement, lequel serait-il?

Contribuer à faire perdurer le snowboard en France pour que les générations futures puissent en profiter comme on a pu le faire ! Sinon en dehors du snow j’aimerais aussi me mettre un tube en surf, et jouer un handicap a un chiffre au golf !

Switch back 540.

Au dessus: 540 Back trankil.

Quel est le crew avec qui tu rides le plus souvent?

Ça change souvent et c’est ça qui est cool! J’ai beaucoup ridé avec Coincoin, Tyler et Jojo à l’époque de Whatwewant. Maintenant je suis avec les Almo boys et j’ai passé une bonne partie de la saison dernière avec Vic Delerue et Vic Daviet. Et dès que j’ai l’occasion je kiff trop aller me mettre des sessions avec mes potes Olive et Arthur. J’ai aussi mes potes aux Arcs avec qui je ride régulièrement… Bref je rides et je m’amuses avec pleins crew différents et c’est qui est cool avec le snow, on s’entend tous bien et on est toujours excités de ce retrouver et d’aller shreder ensemble !

Quels sont tes riders préférés (niveau shred)?

Arthur est un des riders qui me fait le plus rêver depuis pas mal d’années, et je dis pas ça parce que c’est mon pote!!! Quoi qu’il ride il a une aisance et un style de ouf. C’est vraiment chanmé de shreder avec lui on s’amuse sur n’importe quoi. Sinon il y a le crew RK1 qui sortent des édits plus fou les uns que les autres. Ils sont méga créatif et engagé en même temps!

Un endroit ou tu rêves d’aller et pourquoi?

Pour le Snow il reste quelques destinations où je ne suis encore jamais aller. Je rêve d’aller au moins une fois rider les pentes de l’Alaska. Ça doit être incroyable de se retrouver en haut d’une face perdue au milieu de ces immenses montagnes!! Si je n’est pas l’occasion de faire ce trip au sein de ma carrière, j’aimerais bien me l’offrir en after-carière avec quelques bons potes, juste pour me mettre le gros kiff! J’ai vraiment envie d’aller rider à Mammoth aussi. En mode printemps ou summer shred. J’y suis jamais aller et je trouves que c’est quand même une destination un peu incontournable pour un rider. J’ai l’impression que c’est un spot qui depuis le début du freestyle a toujours était au top et c’est un peu bizarre mais j’ai aussi l’impression que tout le monde y a été sauf moi !!! Donc je veux aller me le faire mon trip à Mammoth bordel !!! Et enfin il y a les Andes aussi que je n’ai jamais fait, quand j’y penses j’ai tout de suite un décor magnifique qui me vient à l’esprit donc je rêve aussi de me faire un trip en Argentine !

Nosegrab et tête en bas, une spécialité maison.

Un dernier mot?

Vive le snowboard !!

Remerciements?

Pour commencer merci à ONBOARD pour cette interview.

Merci à ma famille qui m’a donné la chance de pouvoir avoir cette vie là.

Merci à ma chérie qui s’occupe bien de moi quand je rentre tout cassé après un gros trip !

Merci a toutes les personnes que j’ai rencontrées grâce au snowboard et avec qui j’ai partagé des bons moments.

Merci à tous mes potes qui me rendent heureux, je vous aime les bros !

Et merci à mes sponsors qui me permettent de pouvoir passer autant de temps à exercer ma passion !!

SPONSORS: VOLCOM – VANS – VON ZIPPER – LES ARCS – NIXON – The ROSTER

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production