Les Juges sont-ils Bidons? Interview avec Giom Morisset - Onboard Magazine FR

Tout sur le snowboard, au travers de ses dernières news, ses dernières vidéos, présentations de produits et autres articles sur le snow et ses athlètes.

Share

Interviews

Les Juges sont-ils Bidons? Interview avec Giom Morisset

Ce juge éminent du World Snowboard Tour se prononce...

Le juge WST et WCS Giom Morriset. Photo: Tom Zikas

Tu ne le connais sans doute pas, pourtant son nom est lié à tous les grands résultats de contests snowboard de ces dernières années. Ce juge éminent du World Snowboard Tour se prononce sur ceux à qui l’on attribue la tâche de juger les championnats du monde snowboard à venir… Une interview des plus intéressantes sur le sujet.

On peut dire que lors de chaque événement, quelqu’un se plaint des juges (sauf, bizarrement, le gagnant). Il y a toujours un rider qui se sent « sous noté » par les juges bla-bla-bla…. Mais est-ce bien la vérité ? Les juges sont-ils vraiment bidons ? Les juges ne savent-ils vraiment pas ce qu’ils font et les riders qui n’ont pas gagné (et qui au passage n’ont pas pu voir leur propre run) savent-ils mieux ce qui s’est passé ? Je dirais qu’aujourd’hui, avec la qualité des juges, le système de jugement en place et le fait que nombre d’entre eux rident (ou ont ridé) aussi bien que certains des compétiteurs, les juges sur le WST savent très bien faire leur boulot. Je pense que ce serait donc intéressant de commencer à discuter un peu avec quelques juges des championnats du monde snowboard de cette année.

Commençons donc par Monsieur Giom Morisset…

Giom (prononcer Guillaume à la française) est un canadien-français et l’un des juges WST. Il fait partie du plus grand groupe de juges qui se retrouvent sur un événement unique, pour les championnats du monde à Yabuli en Chine. Il a beaucoup contribué au snowboard, avec des séquences dans les films de Robot Food, et a remporté de gros événements de niveau international comme l’US Open en Pipe ainsi que le Toyota Big Air.

Comment se fait-il que tu te sois tourné vers la carrière de juge après avoir été toi-même rider pendant si longtemps ?

Cela m’est tombé dessus pour ainsi dire. Mon ex faisait ça aussi et je l’ai suivie, et je suis resté dedans plus longtemps grâce aux contacts que j’ai avec les organisateurs.

Les juges peuvent tweater aussi. Photo: Tom Zikas

Qu’est-ce qui alimente ta passion pour le snowboard ?

Ce n’est pas vraiment un choix, je sens que c’est plutôt un véritable besoin dans ma vie.

Tu as la réputation d’être le juge qui ride le pipe dès qu’il trouve un moment. Quels sont les tricks que tu aimes voir et les tricks que tu aimes faire ?

Les tricks que j’adore voir sont peut-être ceux avec lesquels j’ai le plus de difficultés moi-même. Le McTwist a toujours été difficile pour moi, même si ça a l’air facile quand on le regarde. Je trouve que c’est très difficile de bien doser l’impulsion. Soit je le replaque parfaitement, soit flat, soit ‘deck to flat’. Kazu est vraiment favori pour ce trick… et puis il y a aussi tous les alley-oops que j’aime bien faire et qui m’impressionnent beaucoup, parce que c’est un trick très facile si tu ne le fais pas sur une longue distance, mais très difficile lorsqu’il est replaqué avec beaucoup d’amplitude. Je défie tous les riders du monde de faire un backside rodeo 900 sur le mur backside. je n’ai jamais vu quelqu’un faire cela et ça faisait partie de ma ‘to-do list’ en tant que rider. J’espère que quelqu’un m’aura entendu !

Depuis combien de temps es-tu juge ?

Depuis 2007 je crois.

À quoi ressemble une année classique pour toi en termes de voyage ?

Et bien la plupart du temps c’est au Colorado, parce que beaucoup d’événements sont là-bas… Puis il y a la Suisse, avec Laax, avec quelques événements et des Big Air contests de ci de là. Puis la fin de saison à Whistler pour le printemps, et enfin, l’été dans l’hémisphère sud, en Australie.

Grab à Laax. Photo: Tom Zikas

Es-tu déjà allé en Chine auparavant et qu’est-ce que tu penses du fait que les championnats du monde snowboard se déroulent à Yabuli cette année ?

J’y suis allé deux fois pour le Air + Style, mais c’est très difficile de me prononcer sur ce sujet parce que je ne suis pas allé en montagne là-bas, en tout cas, tous ceux qui sont allés au Nanshan Open en avaient l’air très contents.

Qu’est-ce que tu attends des riders en compétition de nos jours ?

Les riders proposent une grande variété de grabs. J’espère les voir apprécier le snowboard encore et encore, et surtout les voir progresser avec un maximum de style.

Quel est le facteur le plus important pour toi : le style ou la technique ?

Le style !

En tant que rider de pipe principalement, choisirais-tu de juger le slopestyle ou bien le halfpipe ?

Initialement, j’allais plutôt spontanément vers le slopestyle parce qu’il y a une plus grande diversité de tricks et ça avait l’air plus sympa et plus progressif… et puis je n’étais pas trop d’accord avec la direction que prenait le pipe. Particulièrement au moment des jeux olympiques de 2006, avec ces 1080s d’affilée sans aucun grab… mais aujourd’hui, et particulièrement depuis l’époque de Danny Davis, le pipe redevient assez sympa et je pense qu’il peut devenir encore plus sympa que le slopestyle… mais on dirait bien que le slope reprend un chemin intéressant aussi. On peut donc dire que le sport se porte bien en ce moment !

Photo: Tom Zikas

Quel est le degré de complexité du système de jugement aujourd’hui ?

Nous avons environ 25 juges pour les championnats du monde en Chine, ce qui constitue le plus grand groupe de juges internationaux se réunissant lors d’un même événement.

Quels sont les événements qui, selon toi, se démarquent sur l’année, et pourquoi ?

Le LAAX OPEN est vraiment super bien pour tous les snowboardeurs, parce que c’est un superbe endroit, et puis on vit tous dans ce petit village… l’ambiance est vraiment chouette. Et puis il y a les X Games qui se démarquent vraiment parce que c’est un très gros événement et c’est un rendez-vous très important pour les riders qui ont tous l’envie de faire de leur mieux à ce moment-là.

Quel était ton avis sur tout le tapage autour du jugement olympique avec SS ?

Ståle a clairement remporté la victoire. Après, c’est un débat auquel tout le monde doit participer.

Penses-tu que c’est une bonne chose d’avoir parmi les juges des anciens professionnels du snowboard comme toi et Julien ‘L’Arrogs’ Haricot ?

Oui je me sens très à l’aise de demander leur avis à d’autres pros ou ex-pros riders, bien sûr. Ils comprennent parfaitement la sensation et la technique derrière un trick, derrière le fait de mettre ton corps dans telle ou telle position…

Photo: Tom Zikas

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production