Share

Interviews Tricks

Deviens une Machine à Tricks, avec les conseils de Sven Thorgren

Sven Thorgren à Laax. Photo: Sami Tuoriniemi

Il n’y a pas à dire, et tu le sais, Sven Thorgren est un boss du freestyle, et en particulier sur les kickers de park. Nous lui avons posé quelques questions en pensant à toi, cher lecteur, et en faisant en sorte qu’il donne de bons tuyaux pour que toi aussi, tu sois meilleur après avoir lu ça…

Quand tu veux tenter ton premier 360°, qu’est-ce ce qu’il faut faire et sur quoi faut-il se concentrer?

D’abord et toujours, regarde comment font les autres. Ça aide toujours à comprendre comment ça se passe, et surtout d’où il faut partir, etc. Il faut faire les choses pas à pas: d’abord tu dois te sentir à l’aise en l’air quand tu fais un saut droit. Ensuite tu y ajoutes un gros pop (ollie). Ensuite tu le fais en 180 éventuellement, avant de passer à la rotation complète. Toujours penser à faire les choses très progressivement, pour toujours être en confiance et ne pas se blesser.

Est-ce qu’il vaut mieux essayer des rotations backside ou frontside au début? Qu’est-ce qui est le plus simple?

Ça dépend vraiment de chacun, il n’y a pas de règle, et pas de côté plus facile ou plus difficle. Chacun à ses avantages et ses inconvénients. Moi par exemple je préfère les rotation vers la droite, donc backside, ou switch front (Sven est Regular, pied gauche devant, ndlr). Je pense donc que le 360 back est plus facile à faire que le 360 front. En plus, tu vois la zone d’atterrissage plus tôt dans ce sens.

“Toujours penser à faire les choses très progressivement, pour toujours être en confiance et ne pas se blesser.”

Que faut-il faire quand on se prend quelques slams et qu’on perd confiance?

Il faut se calmer et là encore, reprendre les bases, ne pas s’affoler et ne pas s’énerver. Réussir de nouveaux tricks, ça prend du temps, rien ne marche du premier coup. Et je trouve que le dicton ‘Si tu tombes pas, tu progresse pas’, est plutôt juste. Il faut juste le faire à ton rythme et ne pas sauter les étapes. Et surtout continuer à essayer et ne pas se décourager. Je n’ai jamais eu l’impression que les tricks rentraient facilement, que j’étais juste super doué, j’ai toujours eu besoin de travailler mes tricks. Et ça finit par payer, tu vois!

Qu’est-ce qu’il faut maîtriser pour passer des boxes aux rails?

Encore une fois, c’est essayer et gagner en confiance. Apprendre de ses erreurs est la meilleure des leçons. Mais je dirais quand même que les rails demandent beaucoup plus de précision, de maîtrise de sa board.

Quand tu vois un nouveau module sur un park, comment l’abordes-tu?

Ça vient assez automatiquement pour moi. Je le regarde, et puis clic, je sais ce que je vais faire. Mais pour un débutant, je conseille d’attendre et de voir d’autres riders le prendre, pour calculer la vitesse etc. Il faut bien en faire le tour, voir les possibilités, et commencer par des choses assez simples.

” Je n’ai jamais eu l’impression que les tricks rentraient facilement, que j’étais juste super doué, j’ai toujours eu besoin de travailler mes tricks. Et ça finit par payer, tu vois!”

Justement, le plus dur, c’est souvent de savoir quelle vitesse il faut. Comment le savoir à coup sûr?

Déjà, ta board doit être bien fartée pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Apprend à le faire toi-même: ça coûte pas grand chose, c’est fun, et c’est vraiment utile. Si ta board file toujours à la même vitesse, déjà c’est un bon point. Ensuite c’est pareil: observe ce que font les autres, et vas-y progressivement, ne te prend pas pour quelqu’un d’autre!

Les grabs sont durs au début mais peuvent stabiliser ta rotation. Lesquels sont les plus utiles selon ce que tu fais?

Pour une rotation back, je dirais Melon ou Mute car ton bras part dans la direction de la rotation, donc le geste est plus naturel. À l’inverse, un Indy est pas mal sur une rotation front. Avec les nosegrabs et les tailgrabs, que je considère plus dur, il faut tourner un peu plus vite pour les réussir, justement parce qu’ils n’aident pas les rotations. En fait les grabs entre les fixs sont au départ plus adaptés au rotation, du moins pour apprendre.

Si tu es déjà bien à l’aise sur un park, que tu maîtrises quelques 540 et 720°, comment envisager la suite?

Ça dépend du rider: moi ce qui me plaisait c’était de faire les tricks que je maîtrisais sur de très gros jumps. Mais tu peux aussi y rajouter un cork, un invert, ce qui te fait plaisir. Un 540 au ralenti sur 25m, ce n’est pas la même chose qu’un sur une bosse de 10 mètres, tu vois? Mais si c’est la technique qui t’intéresses, alors continues d’accélérer tes rotations, et tu vas y arriver!

Sven Thorgren sending one deep at the BEO. Photo: Sami Tuoriniemi

“Comme beaucoup de tricks qui semblent compliqués, il faut juste y aller franco, l’engagement fait tout!”

Et quand tu veux mettre la tête en bas pour la première fois, comment faut-il se préparer pour ne pas se faire mal? 

Il faut être bien motivé, et confiant que tu peux le faire. Donc visuellement, tu as le trick déjà. Tu sais comment se passe chaque étape, tu fermes les yeux et tu te vois le faire. Pas de problème. Ensuite, choisis un kicker pas trop méchant, voire un kicker de poudre, c’est le mieux. Et lance toi! Mais pas à la Desesperado: essaie toujours de voir où tu en es, de te situer dans l’espace, de penser à ne pas partir dans tous les sens et rester groupé. Quand j’étais gamin, j’avais super peur de faire mon premier backflip. Ça m’a pris un bon moment. Mais une fois que j’en ai rentré un, c’était super facile. En général, tu y arrives dès la deuxième ou troisième fois. Ce n’est pas très dur en fait, c’est juste spectaculaire. Comme beaucoup de tricks qui semblent compliqués, il faut juste y aller franco, l’engagement fait tout!

Parfois sur les parks, on croirait que certains kids veulent rentrer des Double Corks avant de faire des 180 Back. Mais pour ceux qui en sont là, à apprendre de gros tricks comme des Doubles, quel conseils peux-tu donner?

Comme je te disais, il faut déjà le maîtriser visuellement, connaître tous les mouvement sdu tricks, ce qui se passe. Bref il y a donc une période d’observation et d’apprentissage instinictif, je dirais. Ensuite, il faut maîtriser les bases du trick. Si tu veux faire un backside double cork, tu dois d’abord maîtriser le back 1080, et aussi l’inverted back 7. Et petit à petit, combiner les 2. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il faut avoir rentré un paquet de 540 et de 720 avant de tenter un Double Cork.

Quel est le meilleur moyen pour rendre tes tricks plus esthétiques?

Il faut avoir un bon pop. Et un bon tweak aussi. C’est ce qui montre que tu maîtrises la situation en fait. Evite les mouvements parasites, notamment avec les bras. Reste cool, bien souple, plutôt groupé. Après ça dépend du style de chacun, mais en général quand tu maîtrises un trick, ça se voit, et ça à l’air de suite stylé. Le contrôle pour moi, c’est du style.

Un dernier conseil à ajouter?

Apprends les bases! Avant de faire de gros kickers, fais du flat, apprends à connaître les réactions de ta board, tes réactions à toi. Maîtrises tes ollie. Insiste sur le style, amuse toi! Et retournes-y aussi souvent que tu peux, si ça te plait vraiment, tu y arriveras!

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production