Smith Trip - Voss ou l'art du Ping-Pong - Onboard Magazine FR

Tout sur le snowboard, au travers de ses dernières news, ses dernières vidéos, présentations de produits et autres articles sur le snow et ses athlètes.

Share

Smith Trip – Voss ou l’art du Ping-Pong

Issu du numéro 145 d'Onboard Magazine.

Au printemps dernier, un crew réunissant des riders du team européen de Smith partait pour le Nord, dans le but d'optimiser sa fin de saison. Bien que la météo ne se soit pas montrée coopérative, les participants ont choisi de s'accrocher, de faire preuve de motivation, et de bien faire leur boulot... Entre deux matchs de ping-pong.

Soyons francs : le snow n’a rien à voir avec le ping-pong. Il est dépendant de la neige et de la météo, et on l’apprécie mieux entre amis. Quand on s’aventure en trip longue distance, il est essentiel que les étoiles soient bien alignées.

En quittant son chez-soi pour Voss, sur la côte Ouest norvégienne, le crew Smith avait fait en sorte de respecter le critère ‘entre amis’. Un grand chalet avait été réservé à Myrkdalen, où David Bertschinger Karg, Mario Käppeli, le jeune Finlandais Nuutti Niemelä, Johann ‘Balsamic’ Baisamy et Simon Gruber devaient retrouver une belle équipe de filmeurs et photographes. Avec son expérience de vétéran saisonnier, Nuutti avait même pensé à emmener un équipement de ping-pong, au cas où la météo ferait des siennes…

L’excursion devait durer 11 jours, au cours desquels le crew souhaitait découvrir le park et les pics de Voss. Mais la mauvaise visibilité et la mollesse de la neige l’a poussé vers Folgefonna et quelques héli-trips, seuls espoirs d’assurer assez de contenu visuel.

GÉRER VOSS

Comparée à certaines stations européennes, Voss n’est pas grande. Mais elle a un excellent park, dans lequel s’est entraîné l’équipe de Norvège pour les JO de Sochi. Et bien que le sommet le plus haut ne s’élève qu’à 1000m, on y trouve aussi de nombreuses lignes de hors-piste. Dès leur arrivée, les pros ont remarqué que Mère Nature ne les attendait pas : une pluie incessante battait le sol et les nuages persistants obligeaient à se cantonner à quelques lignes boisées, un kicker et un run serpenté construit devant le chalet. “C’est mon meilleur souvenir du trip”, dit Johann de ce mini-run. “C’était du pur snow. Ça m’a rappelé l’importance de s’amuser et d’avoir un bon crew!”

PONG-SAUCISSE

Sur onze jours passés en Norvège, seuls deux ont permis de profiter d’un beau ciel bleu. Comme sur tout trip souffrant de la météo, il a fallu tenter de réduire les risques de claustrophobie en proposant une activité annexe. À Voss, on a joué au ping-pong, volé dans un tunnel à vent (après quoi chacun se promettait de laisser tomber le snow au profit de ce nouveau sport), et passé beaucoup de temps au bar.

Lors d’une sortie avec le propriétaire de la station (qui arrivait à flotter avec 3 voiles dans le vent), un énorme cercle s’est formé autour de ce dernier qui, bourré, hurlait à pleins poumons : “Si tu t’amuses, crie yeah! YEAHHH !”. Le crew a répondu simultanément, jusqu’à ce que la vague de voix atteigne Mario. Puis le boss a hurlé “et t’es gay !” Cible de nombreuses blagues sur le trip, Mario a pris sur lui et la beuverie s’est poursuivie. Malheureusement, les nuages n’ont pas eu la gueule de bois. Ils étaient toujours là le lendemain.

Une activité restait indiscutablement la favorite pour soulager la peine d’être enfermé : le ping-pong… ou son dérivé. “Une nuit, nous avons fini par jouer sur la table avec tout ce que nous trouvions… des verres, une poubelle et des chaussures”, se souvient Johann. Mais pour Mario, la saucisse était sans doute le choix de raquette le plus improbable.

Yeah, conditions were totally like this the whole time. The camera never lies. DBK takes advantage of a break in the weather to put down a switch back 5 in Folgefonna. Photo: Silvano Zeiter.

S’ENVOYER EN L’AIR

Un jour de folie au chalet, un plan d’attaque a été mis au point pour faire bouger les choses et traquer les plans ensoleillés en hors-piste… en hélico ! Mario et DBK se sont lancés, façon Apocalypse Now, en quête de fraîche. Cependant, même là-haut en plein ciel, les conditions n’étaient pas parfaites. Mario ne s’en souciait pas plus que ça. C’était son premier baptême de l’air et il était heureux : “Je voyais les fjords et les montagnes d’en haut. Les nuages faisaient le va-et-vient. Et la neige volait sous le vent. On trouvait quand même de belles petites poches à rider.” Les risques d’avalanche n’ont pas dissuadé la paire d’aventuriers de partir à la conquête de belles images. “Nous avons ridé la pow et pris des drops naturels et des lignes”, explique Mario : “Avec un hélico, on essaye de réduire les coûts, alors on n’a pas de temps à perdre en construisant des jumps.”

Le prix du kérosène n’était pas la seule motivation, qui poussait l’équipe à enchaîner. Comme dans toute zone influencée par les courants et vents marins, les nuages se sont rapidement accumulés autour des pics. Quand la visibilité a chuté sans prévenir après un drop, l’hélico est rentré à la base, laissant Mario et DBK à pied. Un membre du crew ayant assisté à leur retour les a décrit comme deux types “totalement claqués”. De la montagne au chalet, le trajet leur avait demandé trois heures de marche.

Nuutti sends one balls deep off Voss's big bertha. Photo: Alessandro Belluscio.

SUR LE GLACIER

Mère Nature a continué de punir la région de Voss. Une brève sortie a donc été programmée sur le célèbre glacier de Folgefonna. Cependant, même là, les conditions étaient instables et le ciel couvert de nuages. À Folgafonna en avril, la météo change en un clin d’œil et la neige se transforme en pluie. Le point positif ? La légende nationale Andreas Wiig était sur place, afin de tourner sa séquence pour le projet X-Games Real Snow. Le crew a pu le suivre à la découverte des lieux. Wiig connaît parfaitement ce glacier.

Ses conseils se sont avérés très précieux. Les remontées étant fermées, la montagne était donc déserte et libre. Une flotte de skidoos avait été mise à disposition pour transporter nos pros vers les bons spots. Rapidement, ils ont pu trouver un terrain où construire un kicker sympa, sur lequel envoyer gros et profiter des trop rares moments de clarté.

DANS LA POW

Pour Flo de chez Smith, le meilleur moment était celui où Nuutti a reposé ses deux tricks sur le seul kicker de hors-piste du séjour. Ce n’était que sa seconde aventure du genre. Et après une courte pause au sommet pour informer tout le monde qu’il n’avait encore jamais atterri un trick en hors-piste, il a replaqué un superbe 540 Back suivi d’un 900 Back. Bim et bam !

“J’ai adoré Voss”, résume Nuutti. “J’aime la façon dont tout a été arrangé et le fait qu’en cas de mauvais temps, il y avait autre chose à faire que du snow.” Morale de l’histoire, si jamais tu pars en Norvège au printemps, souviens-toi d’emmener des raquettes et quelques balles de ping-pong. Même si tu ne joues pas, tu pourras toujours les troquer contre du snus…

“J’ai adoré Voss”, résume Nuutti. “J’aime la façon dont tout a été arrangé et le fait qu’en cas de mauvais temps, il y avait autre chose à faire que du snow.” Morale de l’histoire, si jamais tu pars en Norvège au printemps, souviens-toi d’emmener des raquettes et quelques balles de ping-pong. Même si tu ne joues pas, tu pourras toujours les troquer contre du snus… 

Mario scores a springtime facial in Folgefonna. Photo: Silvano Zeiter.

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production