Après-ski : La France, nouveau Hub de la fiesta montagnarde? - Onboard Magazine FR

Tout sur le snowboard, au travers de ses dernières news, ses dernières vidéos, présentations de produits et autres articles sur le snow et ses athlètes.

Share

Magazine Opinions

Après-ski : La France, nouveau Hub de la fiesta montagnarde?

Deux haut-lieux de l'après-ski s'affrontent: Morzine/Avoriaz et Mayrhofen... Mais est-ce tout?

Agenouillé sur le sol glacé, le canon froid d’un revolver pointé dans ma bouche, un attroupement se forme autour de moi et les gens psalmodient… Mais bien heureusement, en dépit des apparences, ce n’est pas mon exécution. Le revolver en question est fait de verre et est rempli de schnaps. Les gens autour de moi n’appellent pas mon sang, mais chantent « Et glou, et glou, et glou » en rigolant… Une fois tout le liquide absorbé, avec tout de même une certaine proportion imbibée dans mon T-shirt, l’un d’eux me tend une énorme pinte de bière. Bah !

La scène est très familière à tous ceux qui ont déjà fait l’expérience légendaire de MayrhofenSauf qu’il y a une différence majeure. Nous ne sommes pas à Mayrhofen mais à Morzine. Ce n’est pas l’Autriche, c’est la France.

“Agenouillé sur le sol glacé, le canon froid d’un revolver pointé dans ma bouche…”

La question de savoir lequel de ces deux pays sera le meilleur pour le ski ou le snowboard commence à faire débat… Un débat plus important qu’on peut le penser au premier abord, quand lorsqu’on connaît l’appétit des nordiques (Anglais et Hollandais en tête) pour des après-skis bien arrosés, on se doute que l’enjeu économique est de taille… En la matière, l’Autriche (et bien sûr son hub snowboard Mayrhofen) tenait la corde. Mais est-ce toujours autour le cas?

L’auteur assujetti à l’expérience de l’après-ski autrichien… en France. Photo: TM Snow

La France était l’option préférée par les britanniques un peu friqués au XXe siècle, et c’est aussi le berceau du premier snowboarders européen, dont on n’est pas peu fier: Régis Rolland (star des films Apocalypse snow). La France partait donc avec une sacrée longueur d’avance. Mais dans les deux premières décennies du XXIe siècle, il semblerait que les ‘frogs’ se soient un peu reposés sur leurs lauriers et surtout, que l’Autriche ait compris plus tôt ce besoin de ‘nightclubbing’ permanent en montagne.

Selon les dernières recherches menées par Crystal, l’un des plus gros tour-opérateurs britanniques, 33 % des Anglais optent toujours pour les stations françaises contre 28 % pour les stations autrichiennes, mais cet écart se resserre.

« La France a toujours été et continue d’être une destination prisée par ceux qui proposent des vacances de ski en Angleterre, » indique Beth Briggs du Ski Club of Great Britain, un membre majeur de l’industrie, « mais sur les dernières années, les destinations alternatives sont devenues plus attractives. L’Autriche et l’Italie offrent dorénavant du ski de très très bonne qualité ainsi qu’un après-ski exceptionnel, du bon vin et de la bonne nourriture. »

“33 % des Anglais optent toujours pour les stations françaises contre 28 % pour les stations autrichiennes, mais cet écart se resserre.”

L’après-ski est depuis longtemps l’une des attractions principales en Autriche. À l’exception peut-être de la Folie Douce de Val-d’Isère, il n’y a rien en France qui soit vraiment à la hauteur de l’orgie de schnaps, de danse sur les tables, de transe invétérée, qui sont omniprésentes dans toutes les stations autrichiennes. C’est complètement dingue, et en plus ce n’est pas cher : les bières sur les pistes sont en moyenne 25 % moins chères en Autriche.

Si l’on ajoute à cela le fait une station autrichienne présente en général de meilleures installations pour le freestyle (par exemple, des entreprises comme Q-Parks de Graz sont pionnières dans le design de park en Europe), alors c’est sans surprise que la nouvelle génération d’amateurs de sports d’hiver voit l’Autriche comme une option de plus en plus attractive.

De bonnes installations freestyle ont aidé l’Autriche à prendre la tête dans les années 80, quand Mayrhofen est devenu l’endroit préféré des pros anglais européens pour s’entraîner. Voici un jeune Jamie Nicholls enb train de charger le Penken Park en 2009. Photo: Tristan Kennedy

Sur la majorité de la dernière décennie, la station autrichienne la plus attractive pour les Anglais, et surtout pour les saisonniers, aura été Mayrhofen. Ceci sert de base pour les générations successives de snowboardeurs pro, en commençant par le Crew qui a fait les vidéos fondatrices Hungerpain au milieu des années 2000.

Non seulement elle a tout ce qui fait que les stations autrichiennes sont exceptionnelles (de la bière pas chère, un après-ski incroyable, un park de notoriété internationale conçu par Q-Parks), mais elle possède aussi une arme secrète : le Snowbombing. Avec une programmation de très bonne qualité qui attire des milliers de teufeurs chaque année, c’est simplement le plus gros festival sur neige du monde.

“l’autriche possède aussi une arme secrète que la france n’a pas : lE Snowbombing.”

Mais bien que Mayrhofen ait été au cœur du milieu du snowboard et du ski freestyle pendant quelques années, la balance commence tout de même à pencher de notre côté. Et le nouveau prétendant au trône n’est autre que la station française de Morzine.

Appeler « prétendant » une station aussi connue que Morzine pourra sembler étrange à certains. Avec sa station sœur Avoriaz, on peut dire qu’elle a été la cible de la plupart des Britanniques pendant des années. Elle a toujours attiré unbon nombre de vacanciers et une grosse population de saisonniers britanniques.

Les installations freestyle de Morzine-Avoriaz ont toujours été impressionnantes, le Stash park a été l’un des premiers en son genre en Europe. Photo: Matt Georges

Avec une ambiance après-ski déjà de très bonne qualité, non pas un, mais deux des meilleurs snowparks de France… et un halfpipe, elle a tous les ingrédients pour attirer les pros. Sur les années qui viennent de s’écouler, un nombre croissant de pros britanniques ont rendu visite à cette station  et même, à l’instar de l’athlète olympique  Dom Harington la saison dernière, certains s’y sont installés à plein temps. Et cette année, quelques points supplémentaires sont venus en bonus pour Morzine, particulièrement pour les voyagistes.

Le premier point, c’est le bar qui sert des bières, ainsi que de grosses quantités de schnaps à tous ceux qui font la fête, au pied de la remontée des Prodains. Ayant ouvert au début de cette saison, le Kinkerne est une véritable tentative de transposer à la France ce qui fait de l’après-ski autrichien une véritable légende.

Le Kinkerne à Morzine sert des saucisses à autrichienne et de la choucroute. Tout ce qui se fait à Mayrhofen… Photo: TM Snow

« L’après-ski autrichien a toujours eu cette réputation », explique Chris Lavender de chez Adventure Base, l’entreprise derrière le bar. « On s’est donc dit qu’on allait essayer de prendre ce qu’il y a de meilleur dans cela et de l’amener en France. »

« Comme les ‘steins’ autrichiens, on met un DJ dehors pour qu’il balance de la musique sur les pistes pendant l’happy hour quand les gens descendent. » Et on ne pouvait rêver mieux pour l’emplacement, qui se trouve le long des pistes et piège le soleil de fin de saison, juste au pied de la remontée des Prodains ou des centaines de skieurs basés à Morzine passent lorsqu’ils finissent leur journée.

Un poster pour le bar le Kinkerne avec un style autrichien. Photo: Tristan Kennedy

Chris et l’équipe d’Adventure Base ont aussi pris la main sur la boîte de nuit Le Paradis à Morzine même. Niché en bas d’un escalier, c’est l’un des deux endroits où on peut faire la fête très tard dans la nuit et il bénéficie d’une réputation presque mythique au sein des résidents de Morzine grace à son incarnation précédente. Ayant été fermé pendant plusieurs saisons, sa réouverture était un événement très important.

Ces deux endroits contribuent beaucoup à l’ambiance festive et ceci dans une direction plutôt autrichienne, mais Adventure Base ne sont pas les seuls à contribuer à la fête cette année. Au tout début de la saison 2015/16, Morzine-Avoriaz a accueilli le tout nouveau festival des Alpes, propulsé par le crew qui est aussi derrière le Snowbombing.

Dizzee Rascal amuse les foules au Transitions Festival. Photo: Tristan Kennedy

Estampillé comme « le premier festival frère » de cet événement, Transition promet « la même ambiance délirante, un programme musical incroyable, du ski, du snowboard et un engagement de qualité, » et on peut dire que cet engagement semble avoir été respecté.

Il y a presque quatre ans, nous étions dans une forêt autrichienne entouré de gens qui dansaient dans une rave pour Dizzee Rascal, qui était la tête d’affiche de l’événement.

Et la vision du même artiste devant une grosse foule de fêtards en veste de ski en train de crier « Y’en a qui pensent que je suis fou… » à mi-hauteur sur les montagnes au-dessus de Morzine, on se croyait vraiment quatre ans en arrière…

Dizzee Rascal en train de donner de l’amour. Photo: Tristan Kennedy

Un après-ski incroyable, des parks de niveau international, de plus en plus de pros et son propre Snowbombing ? Oh ouais, Morzine n’a rien à envier à Mayrhofen. Et pui il y a en France le concept ultime! Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, La Folie Douce décline désormais son ‘nighclubbing VIP permanent’ dans pas mal de stations françaises, puisque la folie des sommets a désormais gagné Val d’Isère, Val Thorens, Méribel, L’Alpe d’Huez et St Gervais. Et ce n’est sans doute pas fini!

Nous avons été accueilli à Morzine-Avoriaz par Adventure Base et a séjourné au Rude Lodge. Merci à Olly, Rhiannon, Chris, Nicky et toute l’équipe pour leur aide pour cet article.

N’oublie pas non plus de jeter un œil sur notre article des meilleurs après-skis d’Europe ici-même!

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production