Share

Magazine Opinions

Histoire: Les 9 décos de boards les plus controversées

Quelques mémorables, d'autres moins...

Qu’est-ce que la liberté d’expression ? Sans la liberté d’offenser, elle cesse d’exister.

– Salman Rushdie

C’est en parcourant un article sur Kingpinmag.com, que nous avons été frappés par la fadeur des graphismes dans le snowboard comparé à l’autre extrémité du spectre que constituent ceux du skateboard. Le livre Agents Provocateurs de Seb Carayol fait la chronique des artistes dans le skate qui flirtent avec le racisme, la violence, la nudité, la drogue, la corporate life, la cuisine pour chien, la religion, les théories du complot et, surtout, l’humour noir.

Parallèlement, cette année, Burton a sorti un snowboard qui a l’odeur d’une sucette… bof

Ce n’est pas tellement qu’on approuve toutes les débâcles citées ci-dessus, mais il faut avouer que le skateboard semble bien évidemment plus à l’aise pour frôler la limite de la provocation et de l’affront public.

Le livre Agents Provocateurs de Seb Carayol fait la chronique des artistes dans le skate qui flirtent avec un racisme modéré, la violence, la nudité, la drogue, la corporate life, la cuisine pour chien, la religion, les théories du complot et, surtout, l’humour noir.

 

Une des raisons à cela est simplement l’environnement économique. En effet, il est toujours plus facile de justifier une série de graphismes douteux sur des plateaux de skate pas chers que sur une gamme de snowboard à 400 €, mais on peut aussi imaginer que c’est lié à l’influence parentale qui existe dans les sports de glisse. Fos a dirigé Heroin Skateboards pendant des années en Angleterre (il y avait aussi une marque locale appelée ‘Unabomber’, et je me souviens très bien que ma mère a pété un câble quand je me suis pointé avec un T-shirt avec leurs slogans à 13 ans), mais si tu mets des photos de mannequins Playboy sur une planche, alors des parents affolés ne tarderont pas à harceler ton siège social pour se plaindre.

Cependant, il y a eu quelques tentatives assez vaillantes au fil des années dans le snowboard pour faire un petit doigt à la société. Voici quelques-unes de ces planches qui ont eu du succès… et d’autres, un peu moins. À taux de retrouver lesquelles sont elles.


Burton – Love/Primo 2008/09

Burton – Primo 2008/09

 

Burton - Love 2008/09

Chose étonnante, ce sont ces deux gammes en 2008 qui ont créé une véritable hystérie collective devant le siège social de Burton à Burlington. Enfin, par hystérie collective, on entend qu’il y a eu quelques représentants des scouts, du réseau des femmes chefs d’entreprises et de celui des psychothérapeutes locaux, ainsi que quelques parents pour faire bonne figure.

Vraisemblablement, ils auraient eu peur que leurs enfants ne suivent les directives sur les boards Primo à la lettre et se découpent les littéralement les doigts, finissant par ne plus avoir assez de sang dans le cerveau à cause de l’afflux sanguin érectile associé à la vue des mannequins Playboy sur la Love, dont on nous a apparemment dit qu’on ne pouvait très certainement pas les voir sur Internet à l’époque en 2008.

Sims – Fader 2003/04

Sims – Fader 2003/04

La grand-mère de la Burton Love, la série Fader de Sims se pimente un peu en 2004 grâce à un contrat avec Vivid Entertainment, une maison de production de jolis petits dessins animés pour toute la famille, d’après ce qu’on nous a raconté…

Avec sur le deck, des photos de Jenna Jameson, notre quota d’offense publique n’a pas été atteint avec ses planches, on est peut-être trop abrutis par la session de surf du soir, ou alors c’est juste qu’il ne reste que le rédacteur senior d’Onboard dans les bureaux….

 

Smokin’ – Buck Ferton

Smokin’ – Buck Ferton 2013/14

Ouais Burton, allez vous faire #~@* avec votre business model écoresponsable ! Et pendant qu’on y est, on en profite pour vous faire un petit doigt pour avoir attiré tous ces gamins dans le milieu du snowboard ! Voilà le résultat quand on fait des campagnes pour permettre aux snowboardeurs d’accéder aux stations de ski ?

WTF ??

DC – Somebuddy

DC – Somebuddy Special Edition

Ouais, fuck you Burton ! Comment osez-vous faire la promotion d’un snowboard authentique en utilisant les gamins dans les shops sans même faire un communiqué de presse pour le coup ? DC le fait depuis des années, ils sont tellement plus core que vous qu’ils ne l’ont dit à personne hahaha !

Oh merde, ça s’est encore produit ! une fois de plus…

Lobster – Jib Baord STD 2011/12

Lobster – Jib Board STD 2011/12

Les Helgasons sont peut-être ce qu’il y a de plus proche de véritables démons dans le milieu du snowboard aujourd’hui, alors quand ils ont lancé Lobster Snowboards en 2011, ce n’était pas vraiment étonnant de voir leurs graphismes « spéciale édition », avec une jib board qui affichait un vagin sanguinolent avec des dents découpant les doigts de la femme qui essayait de le caresser.

Ce petit graphisme te chauffe un peu ? Eh bien mate le film Teeth de 2007.

Bataleon – Camel Toe 2013

Bataleon – Camel Toe 2013 Special Edition

Quand 30 éditions spéciale da la board de poudre de Bataleon sont sorties, des dizaines de personnes ont été offensées par ces sous-vêtements un petit peu trop moulants.

Toi aussi tu te sens horrifié ? Va voir un peu ce graphisme de skate qui montre des stars de Disney en train de prendre de la drogue et de se taper une orgie. Pas mal hein ?

CAPiTA – Stairmaster 2008/09

CAPiTA – Stairmaster 2008/09

C’est l’ex-copine de l’artiste qu’on voit en train de sauter joyeusement sur leur lit, à la bonne époque de leur relation. Une des interprétations qui a été faite de ce graphisme, est que ce serait une revanche contre le porno et la disparition même de la notion de vie privée depuis l’ère d’internet…

Une autre interprétation : une meuf qui dance sur sont lit en sous-vêtement….mais on accordera le bénéfice du doute à CAPITA et on restera sur la première.

Reprobate – CREEP Series 2014/15

Reprobate – Creep 2014/15

Une marque british un peu zozo qui essaie d’être offensive. Bon, ben la voilà qui perpétue cette tradition des graphismes de skate brittons qui banalisent l’usage de la drogue ! Le gribouillage de Luke Pompa pour sa propre marque Reprobate, démontrant des personnages drogués aux céréales, aura tout de même fait un petit flan sur le net, yay!

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production