2017, La Fin des Fixations Classiques? - Onboard Magazine FR

Tout sur le snowboard, au travers de ses dernières news, ses dernières vidéos, présentations de produits et autres articles sur le snow et ses athlètes.

Share

Opinions Previews

2017, La Fin des Fixations Classiques?

Pourquoi la révolution du step-in est inéluctable...

Les step-ins du futur vont-ils permettre de nouveaux tricks? Photo: Matt Georges

Tu connais ce sentiment, quand tu as vraiment envie de dire “tu vois, je te l’avais dit, ce n’était qu’une question de temps”… Et bien pour ce qui concerne les fixations de snowboard, il semblerait bien que le temps soit venu de la très attendue révolution. Après celle du profil Rocker, voici venu le temps de celle des fixations ‘automatiques’ dites step-ins. Pourquoi? Quand? Comment? Toutes les réponses ici…

Le nouveau système Burton ‘Step On’, dévoilé en décembre dernier

Comme souvent, c’est un leader de l’industrie qui a pris les devants et annoncé en décembre dernier qu’un nouveau système step-in était arrivé à maturité dans leur labo… Et sur neige. C’est ce que Burton appelle donc son système Step On, et qui commence à nourrir toutes les rumeurs sur la toile. Evolution qui fera pschitt pour certains, annonce de la prochaine révolution du matos pour d’autres, une chose est sûre: nous sommes au début d’une longue série d’annonces en la matière.

“Evolution qui fera pschitt pour certains, annonce de la prochaine révolution du matos pour d’autres, une chose est sûre: nous sommes au début d’une longue série d’annonces en la matière”

Ici chez Onboard, on ride encore tous avec de bonnes vieilles fixations classiques et des straps à l’ancienne. Pourquoi? Parce qu’on pense qu’à ce jour c’est ce qui marche le mieux en freestyle. Mais nous ne sommes jamais réfractaires à une évolution – ce serait d’ailleurs très mal venu quand une partie de notre job est de tester le nouveau matos! Du coup, il nous brûle d’essayer sur neige tout ce que les marques vont annoncer cette année. La saison des salons est sur le point de commencer, et cela va être le truc le plus chaud de l’année en terme de matos, c’est certain.

 

D’ailleurs certains dans notre bureau étaient convaincus que le step-in reviendrait en force, et qu’on allait un jour arrêter de prendre les snowboarders pour des nains à bonnets perpétuellement le cul dans la neige à clipser leurs fix’. Sauf que jusqu’à présent, il s’agissait d’un gadget, c’était dégueulasse, bref ça ne marchait pas dans des conditions réelles de ride. Certains ont insisté avec les système d’entrée arrière, mais ce n’était pas la panacée, loin s’en faut.

Rappelle-toi…

Il ne marchaient pas tout d’abord parce qu’avec l’intervention de la glace et la neige tassée, elles devenaient ingérables. Et aussi parce qu’elle ajoutaient souvent pas mal de rigidité à l’ensemble de la connection board/fix/botte. Ce qui était loin d’être idéal pour le freestyle, ou même pour le backcountry. C’est pourquoi tout le monde s’en tenait gentiment, riders du dimanche comme pros, aux bonnes vieilles fixations classiques. En plus de cela, la plupart des écoles de snowboard ayant adopté ces médiocres systèmes step-in avec un zèle aussi improbable que douteux, ils étaient donc relégués à la vieille image du débutant qui galère.

“la plupart des écoles de snowboard ayant adopté ces médiocres systèmes step-in avec un zèle aussi improbable que douteux, ils étaient donc relégués à la vieille image du débutant qui galère”

Pour finir le tableau peu glorieux, ils finissaient par te faire mal après une grosse session: rigidité, points de pression, réglage approximatif, une trilogie perdante qui a relégué l’idée même du step-in au rang d’utopie vaguement surréaliste.

Un système d’époque, proposant un spoiler intégré

C’est pourquoi les Step-In ont quasiment disparu de la circulation parmi les pratiquants un brin avertis. Ils étaient relégués aux oubliettes comme le chapeau-parapluie, et bientôt (on l’espère) le baton à selfie. Jusqu’à ce jour de décembre, où le réveil de la force Step-In sonna enfin. Voici les raisons qui nous font penser qu’il s’agit justement d’une vraie révolution cette fois:

LES STRAPS, C’EST PAS PRÉCIS

Déjà, j’aimerais qu’à chaque fois que je rentre dans mes fix’, j’aie le même niveau de serrage, à chaque fois. Pas presque à chaque fois, tu vois? Cela aiderait par exemple tout le monde à savoir où se trouve précisément le grab quand on fait nos backside air de touriste, ou tout simplement de se sentir à l’aise dans les transitions piste/poudreuse.

“Quand on me dit que les straps c’est du costaud, j’ai toujours envie de sortir mon gros sac plastique plein de pièces de rechanges et de straps pétés”

LES Straps CASSENT

Ça ne t’est peut-être jamais arrivé, mais pour quelqu’un qui ride beaucoup c’est une évidence: les straps sont le point de fragilité de toutes les fixations. Quand on me dit que les straps c’est du costaud, j’ai toujours envie de sortir mon gros sac plastique plein de pièces de rechanges et de straps pétés, accumulés au fil des saisons. J’ai pourtant testé un max de fix’ différentes, de toutes les marques, et toutes ont un jour pété ou se sont détériorées.

LES straps PRENNENT DU TEMPS

Du temps où tu ne rides pas, bien sûr. Chaque seconde passée le cul dans la neige à strapper, est une seconde où tu ne profites pas de ton forfait à 50€ par jour… Au final sui tu fais le calcul, ça doit faire un paquet de pognon! Et puis rester en déséquilibre même si depuis la saison dernière tu sais strapper sans t’assoir, c’est quand même pas l’idéal. Ce qui mène à une autre bonne raison de se débarrasser une bonne fois pour toutes de ces ignominies.

Reconnais qu’il serait quand même bien de ne plus avoir à faire ça. Photo: Matt Georges

LES Step-Ins REMETTRONT TOUT LE MONDE AU MÊME NIVEAU

Un sous-titre un poil provocateur certes, mais nous l’entendons dans le sens où on ne fera plus la différence entre les ‘vrais’ snowbarders, ceux qui savent boucler leur fixations sans s’assoir, et les ‘autres’… C’est vrai quoi! Quel est cette sorte de racisme sous-jacent qui fait cette dichotomie depuis des lustres? Figure-toi que je connais des pros qui préfèrent toujours s’assoir pour faire ça, pour être plus précis, ou se reposer un peu avant un gros run. Par exemple.

“Une poubelle dans laquelle on trouverait aussi ceux qui trouvent cool de ne pas abaisser la barrière du télésiège, de ne surtout pas porter un casque, ou de prétendre que leur papa n’est pas riche”

Voilà qui est dit: on n’est pas un ‘vrai’ parce qu’on reste debout en faisant ses fix. Cette affirmation devrait avoir la même destination que les mouchoirs de Donald Trump après qu’il ait découvert que toute l’Amérique culturelle se fout de sa gueule: une bonne grosse poubelle déguelasse. Une poubelle dans laquelle on trouverait aussi ceux qui trouvent cool de ne pas abaisser la barrière du télésiège, de ne surtout pas porter un casque, ou de prétendre que leur papa n’est pas riche.

Ah oui, ce premier système nouvelle génération est fait par Burton! Les haters apprécieront aussi ce fait, sans doute… Comme celui de dire que ça fait un peu skieur du coup. Ceux-là sont sans doute irrécupérables de toute façon, et seront les premiers réactionnaires de demain, s’ils ne le sont pas déjà, en dehors du snowboard…

LES Step-Ins VONT AMENER DE NOUVEAUX TRICKS

Cela fait maintenant 3 décennies que notre sport essaie du plus profond de ses entrailles de ressembler au skate. Quelle meilleure manière que les step-ins d’arriver à disposer d’un matériel que l’on peut clipser/déclipser plus facilement, presque comme un skateboard.

On est d’ailleurs déjà tombé sur un clip Instagram où un mec fait un hippy jump avant de retomber direct dans ses fix’ pour faire un trick de snow “normal”, trick que même Scott Stevens serait incapable de faire avec ses fixations à straps.

Hippie Hoppin @bonezonebrighton today!@burtonsnowboards @wedrinkwater @dangshades ????: @bundyvision & @wizardlyfe #nailingit #fullyfrothing #nomarksnobustersnomarkassbusters #digtoride

A video posted by Alex Andrews (@alexandrews) on

Et cela n’est que le début. Les possibilités de one-foot, ou même no-foot, ou même encore no-foot air, semblent dès lors infinies. Imagine-toi lancer une énorme Christ Air et te poser dans le landing comme une fleur avant d’enchaîner un Eurocarve bien bad ass… Ça y est, on t’a fait rêver là, non? Rien que ça c’est mieux qu’un Backside 1440 mute Triple Cork, non? Bon certes, toujours pas mieux qu’un Method, mais ça de toute façon tout le monde sait que c’est pas possible de faire mieux!

Nick Visconti fait un Christ Air en 2011 – mais c’était sans fix’ du tout

“Le snowboard est fait pour casser les règles, faire les choses différemment, et si dans ce processus des erreurs sont faites, elles n’en sont pas moins le témoin d’une évolution qui a un but: améliorer l’expérience snowboard dans son ensemble”

Bien sûr il va y avoir un sacré lot de ratés. Il faudra encore une fois séparer le bon grain de l’ivraie. Et puis tout technologique qu’il sera, le futur n’arrivera jamais à chasser la poudreuse qui se glisse dans tous les interstices et se transforme en glace. Tu galèrera occasionnellement pour l’enlever et pouvoir faire tes tricks du futur. C’est le moment précis que choisirons les indécrottables des straps pour te lancer un bon vieux rire sarcastique, avec leur salopette remontée par dessus leurs bottes de snow.

Mais ici, nous choisirons toujours le côté de l’innovation. Même quand elle connaît des ratés. Pourquoi? Car l’innovation est l’ADN du snowboard. Après tout, le ski fonctionnait bien, lorsque Mr. Sims et Mr. Burton décidèrent tout à coup d’amener un peu de nouveauté. Il y a en matière de fixation beaucoup de place à l’innovation, et elle va sans doute amener des choses merveilleuses très bientôt, réjouissons-nous!

Le snowboard est fait pour casser les règles, faire les choses différemment, et si dans ce processus des erreurs sont faites, elles n’en sont pas moins le témoin d’une évolution qui a un but: améliorer l’expérience snowboard dans son ensemble. Applaudissons ceux qui ont le courage de faire face à ces erreurs et de tenter!

Leur crime? D’après les trolls d’internet, ce serait de vouloir obliger les gens à s’équiper tout en Burton, puisque l’interface board/fix/boots ne marchera que si l’on achète tout le set. Evidemment. Pourtant qui en veut à BMW de fabriquer des volant qui ne marchent pas dans une Mercedes, par exemple?

Pourtant, Burton reçoit déjà des tombereaux d’insultes pour cette tentative. Une marque qui, au passage, reste indépendante depuis 40 ans, ce qui est un exploit dans le monde qu’on connaît, où les marques de luxe achètent tout et n’importe quoi, quand il ne s’agit pas des vautours des fonds de pension… Leur crime? D’après les trolls d’internet, ce serait de vouloir obliger les gens à s’équiper tout en Burton, puisque l’interface board/fix/boots ne marchera que si l’on achète tout le set. Evidemment. Pourtant qui en veut à BMW de fabriquer des volant qui ne marchent pas dans une Mercedes, par exemple? Mais enfin c’est quoi ce délire? Sous prétexte que l’interface est optimisée par Burton, on leur chie dessus parce qu’il sont accusés de ne pas penser aux autres? Ils pensent au snowboard, et c’est déjà pas mal! Mais peu importe, nous mettrons cela sur le compte de la ‘troll attitude’ qui dirige les réseaux sociaux, ou comme quelque de bien plus intelligent que nous l’a dit un jour: la forme la plus misérable de vie sur Terre.

 

<<< Précisons tout de suite que nous ne sommes pas payés par Burton pour écrire cela, ni par un fond de pension ou une marque de luxe; nous le sommes par un groupe de presse indépendant, nous pensons et agissons selon nos propres intentions, merci. >>>

Preview par Terje Haakonsen testant le système Burton Step-On à Riksgransen au printemps dernier.

Alors oui, nous sommes pour l’idée du retour d’un vrai step-in qui va changer le snowboard, et en plus on y croit! On est complètement à la masse, n’est-ce pas? On verra dans un an, dira-t-on. On se donne rancart?

Bon à présent que tout cela est dit, finissons par autre chose: certains ne remplaceront jamais leur boots 32 super confort et leur paire de fix’ Union, encore moins leur dernière Capita. C’est le cas de certains d’entre nous ici d’ailleurs, si ce n’est la majorité. Mais ce dont on se réjouit, c’est que Burton relance le Schmilblick, pour qu’au final il y ait dans quelques années une offre large de systèmes automatiques, pour  que tout le monde, on dit bien tout le monde, s’y retrouve.

“même si on a attendu ce moment pendant des années, on ne va pas plonger dedans tout de suite”

Alors même si on a attendu ce moment pendant des années, on ne va pas plonger dedans tout de suite. On va attendre un peu, analyser, reporter, tester, et nous te dirons tout à ce sujet. Mais à coup sûr, la révolution commence bien en 2017! Celle du snowboard, et peut-être dans d’autres domaines aussi, on peut toujours rêver!

 

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production