Share

Matos

Tuto: S’habiller malin pour le Snowboard

Comment rester au chaud sans transpirer? Telle est la question...

Dans notre base secrète des Alpes, nous sommes impatient que l’hiver s’installe vraiment. L’air est glacial le matin et on sent l’ambiance des premières neiges…

ON a compilé un petit guide très pratique pour t’aider à conserver une température optimale, quelles que soient les prévisions météo.

Mais on entend surtout l’écho de la question que les gens se posent le plus fréquemment en ce moment dans les Alpes: “qu’est ce tu as mis aujourd’hui ?” Et on ne parle pas ici de mode, mais bien de vêtements techniques.

On l’a déjà dit dans un article consacré au ‘layering’, l’art de superposer les couches en snowboard, mal se fagoter est une erreur commise par beaucoup de débutants, qui lutte déjà pour tenir debout ou faire un premier virage, et qui en plus aggravent encore leur cas en se sentant moillé, en ayant froid, etc. L’une des erreurs les plus courantes est de trop se couvrir, ou parfois pas assez. C’est le meilleur moyen d’abandonner l’aventure dans l’œuf, et c’est bien dommage…

Il faut un peu d’expérience pour tomber juste. Aussi, on a décidé de compiler ici un petit guide très pratique pour t’aider à conserver une température optimale, quelles que soient les prévisions météo. Il faut aussi bannir quelques vieux réflexes, comme d’utiliser le coton, alors qu’il faut l’éviter à tout prix car il sèche très mal sur la peau et te donne froid.

tu trouveras deux exemples pour chaque gamme de température: le premier est le mien, qui a tendance à se trouver plutôt du côté de ceux qui ont tout le temps chaud, l’autre est celui de ma petite amie, qui est plutôt frileuse.

Avant que tout le monde ne s’attaque à son clavier pour nous écrire à quel point on se trompe, note bien que nous savons très bien que chacun est différent à ce sujet et qu’il n’y a pas une solution unique pour tout le monde. Pour essayer de prendre cela en compte aussi efficacement que possible, tu trouveras deux exemples pour chaque gamme de température : le premier est le mien, qui a tendance à se trouver plutôt du côté de ceux qui ont tout le temps chaud, l’autre est celui de ma petite amie, qui est plutôt frileuse. Je suis dans la colonne de gauche, Chloé est dans la colonne de droite.

On ride tous les deux entre 80 et 100 jours par an, et on a choisi nos tenues en fonction de ce que l’on porte selon la température ressentie (incluant l’effet du vent) que l’on peut voir sur les prévisions météo. Donc la prochaine fois que tu te prépares pour rider, regarde les prévisons et suis ce guide autant que faire se peut:

De 5°C à 10°C

C’est le genre de températures que tu trouveras sois au printemps, soit très tôt dans la saison sur un glacier (bien que dans ce cas-là, il faut que tu te prépares à ce que la température tombe très rapidement une fois que le soleil se cache).

Si tu a trop chaud : à mon sens, tant que tu es constamment en train de rider, tu n’as pas vraiment besoin de quelque chose de particulier à ces températures : juste une couche technique, voire un sweat à capuche (on écorne la règle du ‘sans coton’ juste pour cette occasion), ça fera l’affaire. Si tu te couvres plus, tu vas commencer à transpirer, ce qui fait que tu vas vite te refroidir avec l’air de la montagne quand tu ne rides pas.

Si tu as un peu froid : même si ce qui est dit au dessus est aussi vrai pour elle, Chloé préfère porter un sous-vêtement thermique d’épaisseur moyenne sous son sweat à capuche plutôt qu’un T-shirt, juste au cas il y a un petit vent froid.

De 0 à 4°C

C’est juste au-dessus de l’isotherme zéro, pour les stations qui sont autour de 1000 ou 2000 m d’altitude, c’est une journée typique pour la plupart de l’hiver et la plupart des jours les plus froids à la mi saison descendront en dessous de cette plage de température.

Si tu a trop chaud : j’ai observé qu’un bon sous-vêtement thermique d’épaisseur moyenne (de préférence en laine mérinos) sous une veste de protection extérieure, c’est juste ce qu’il faut pour les journées comme ça. J’ai toujours un petit peu froid sur les deux premières remontées et c’est peut-être un peu inquiétant au début, mais en fait, une fois que je ride, je suis à la température idéale. Je préfère avoir un peu tout petit peu froid sur la remontée que de transpirer sur la descente.

Si tu as froid : toujours au-dessus de la température de gel, c’est un peu toujours pareil pour les gens qui ont du mal à conserver leur chaleur corporelle naturellement : Chloé portera la même chose mais ajoutera en dessous un petit débardeur thermique, près du corps (mais qui ne restreint pas ses mouvements).

De -4 à -1°C

Une journée fraîche en montagne entre le début et le milieu de la saison, il fait ce genre de température quand tu rides dans les arbres recouverts de neige.

Si tu as trop chaud : une des meilleures décisions que j’ai prises, est d’acheter une combinaison thermique, dans mon cas, c’est une combinaison Ninja Airblaster. Pour des jours comme ça, ça me permet de conserver ma chaleur corporelle, sans avoir empiler plus de poids sur moi, pour pouvoir rider dans le froid sans sacrifier ma liberté de mouvement. Si je n’avais pas cela par contre, j’utiliserai un sous-vêtement thermique légèrement plus épais, un peu comme les molletons que l’on trouve dans la plupart des marques.

Si tu as froid : les températures inférieures à zéro sont celles qui commencent à faire vraiment la différence en termes de couches de protection : Chloé ajoute un sweat à capuche ou une couche intermédiaire épaisse dans son système de protection, bien qu’elle pourrait probablement éviter une des couches si elle remplaçait sa veste de protection extérieure par une veste bien isolante.

De -8 à -5°C

On est à présent dans une gamme de températures vraiment froides, le genre de températures que l’on trouvera au milieu de la saison et même en bas, à la station, les jours où le vent souffle fort. C’est le genre de conditions pour lesquelles un bon système de protection en couches est très important, parce que si tu empiles des sweats à capuche et des vestes normales, tu vas juste transpirer comme un fou, ce qui va ensuite se transformer en gelée glaciale quand tu arrêtes de bouger.

Si tu as trop chaud : à dire vrai, je suis l’heureux propriétaire d’une chemise McNairet c’est dans ce genre de conditions qu’elle devient très utile, mais tu peux aussi très bien utiliser une couche intermédiaire isolante et légère de chez Burton ou Patagonia par exemple. Ce genre de système fonctionne très bien même si tu es à l’arrêt en train de prendre des photos dans un gros blizzard !

Si tu as froid : c’est dans ce genre de température que Chloé commence à avoir un peu de mal, elle doit empiler les couches pour conserver sa chaleur. Elle conserve la double épaisseur thermique en dessous, et échange son sweat à capuche contre une couche intermédiaire isolante, et, c’est à cette température, qu’elle commence à mettre ses sous-gants bien chauds à l’intérieur de ces moufles déjà bien protectrices.

De -13 à -9°C

C’est déjà assez froid pour le climat européen, il ne faut pas se faire coincer à l’extérieur avec ce genre de température. Il faut viser une bonne couche extérieure, c’est vraiment la clé, parce qu’il y a en général pas mal de vent pour atteindre de telles températures.

Si tu as trop chaud : c’est un peu comme dans le cas précédent, bien que j’aurais tendance à ajouter une combinaison thermique d’une seule pièce ou bien un sous-vêtement très épais sous ma couche intermédiaire.

Si tu as froid : Chloé, à cette température, pète complètement un câble : elle pousse à fond son mille-feuilles de protection avec trois sous-vêtements thermiques sous sa couche intermédiaire isolante et sa veste extérieure, ou peut-être même une veste isolante à la place de cette dernière si on est plutôt à l’extrémité froide de la gamme de température. Et elle va continuer de se plaindre du froid de toute façon.

-14°C et en dessous

La, soit tu es à très haute altitude, soit tu es dans des climats très froids comme au Japon, il faut alors bien se préparer.

Si tu as trop chaud : dans mon cas, j’ai une doudoune intermédiaire, mais si la température est plus chaude que ça, j’aurais carrément l’impression d’étouffer, un peu comme si je faisais des pompes dans un sauna. Mais la fin justifie les moyens et je mettrai même des sous-gants si je dois le faire, même s’il n’y a rien de pire d’avoir les mains moites si la température remonte un peu.

Si tu as froid : reste à la maison, c’est trop tendu pour toi et tu vas détester…

Tu as quelques idées sur la façon de se couvrir avec plusieurs couches ? Laisse-nous tes impressions dans les commentaires ci-dessous. Et penses aussi à checker notre Guide Matos pour trouver les bonnes idées de vêtements, ainsi que notre tuto sur le jargon des fringues techniques pour te repérer au mieux dans la jungle du matériel. Tu trouveras aussi quleques bonnes pioches dans notre rubrique Matos/Accessoires.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production